Le système des Nations Unies et les organisations internationales approuvent les engagements pris en matière de développement durable par les gouvernements mondiaux pour lutter contre le commerce illicite des espèces sauvages

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le système des Nations Unies et les organisations internationales approuvent les engagements pris en matière de développement durable par les gouvernements mondiaux pour lutter contre le commerce illicite des espèces sauvages

Le PNUD, l’ONUDC, la CITES, le Société pour la conservation de la vie sauvage et le groupe de la Banque mondiale réunissent les leaders mondiaux au Zoo de Central Park de la WCS.
 

New York, 27 septembre 2015 – A l’invitation des gouvernements du Gabon, de l’Allemagne et de leurs partenaires, les dirigeants des États membres de l’ONU et des organisations internationales se sont engagés aujourd’hui à appuyer les actions visant à s’attaquer au problème de plus en plus pressant du trafic illicite des espèces sauvages à New York, au Zoo de Central Park de la Société pour la conservation de la vie sauvage (WCS).

Organisée conjointement par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), la Banque mondiale et la WCS, la manifestation a également rassemblé des ministres et autres hauts représentants des gouvernements, des ONG et autres personnalités. Les discours au plus haut niveau ont pointé du doigt la menace croissante que la criminalité liée aux espèces sauvages fait peser sur la vie sauvage et sur les écosystèmes, et présenté des pistes de solutions pour résoudre la crise. Cette manifestation coïncide avec le rassemblement des leaders mondiaux pour la 70e session de l’Assemblée générale des Nations Unies qui se déroule jusqu’au 6 octobre.

Le premier orateur, Helen Clark, Administrateur du PNUD, ainsi que les Ministres du Botswana, du Gabon, de l’Allemagne, de l’Afrique du Sud, du Royaume Uni et des États-Unis d’Amérique, ainsi que le Directeur exécutif de l’ONUDC et le Secrétaire général de la CITES, ont débattu de la nécessité d’un engagement politique accru à mettre fin au trafic des espèces sauvages et d’augmenter les appuis financiers et techniques. Les intervenants ont également relevé l’importance de la résolution récemment adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU relative à la lutte contre le commerce illicite des espèces sauvages ainsi que de la publication du rapport connexe intitulé « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 ». Le rapport présente plusieurs Objectifs de développement durable (ODD) officiellement adoptés au Sommet des Nations Unies sur le développement durable qui s’est tenu du 25 au 27 septembre.

Le document final offre au monde une perspective à 15 ans servant de guide pour la protection de ressources naturelles, y compris des objectifs et des cibles pour la conservation de la nature et des espèces menacées d’extinction. Son également incluses des cibles spécifiques visant à mettre fin au braconnage et au trafic des espèces protégées de la faune et de la flore, à traiter le problème de l’offre et de la demande en produits illicites des espèces sauvages, et à améliorer l’appui mondial aux actions de lutte contre le braconnage et le trafic des espèces protégées en renforçant les capacités des communautés locales à trouver des moyens d’existence durables. D’autres ODD visent à freiner les effets du changement climatique, à mettre fin à la pauvreté, à conserver les ressources naturelles, etc.

Helen Clark, Administrateur du PNUD, a dit : « Le commerce illicite des espèces sauvages représente un enjeu de développement, d’environnement et de sécurité qui pousse les espèces vulnérables et menacées vers l’extinction, alimente la corruption et les conflits, et menace les vies et les moyens d’existence des populations. Le monde a montré qu’il est prêt à s’occuper sérieusement de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts, et le PNUD et ses partenaires s’engagent à contribuer à ces efforts »

John Scanlon, Secrétaire général de la CITES a dit : « L’adoption des Objectifs de développement durable des Nations Unies, avec ses cibles spécifiques visant à mettre fin au braconnage et au trafic des espèces sauvages, est une puissante manifestation de la volonté politique à mettre fin à cette criminalité hautement destructrice. Cette criminalité est alimentée par la cupidité humaine, l’indifférence et l’ignorance et ce n’est que par les actions des hommes que nous atteindrons ces cibles. L’effort collectif qui se manifeste ici aujourd’hui au Zoo de Central Park est une assurance que nous réussirons. »

Cristián Samper, Président-directeur général de la WCS, a dit : « En tant que communauté mondiale, nous devons nous attaquer à un problème crucial qui ne peut plus être repoussé pour peser sur les générations futures. Pour que notre planète puisse nous faire vivre, nous devons faire vivre notre planète. L’inclusion dans les objectifs mondiaux de cibles visant à protéger les espèces menacées d’extinction et à mettre fin au trafic des espèces sauvages sont un grand pas dans ce sens. Je suis optimiste quant au fait que les objectifs mondiaux adoptés la semaine dernière nous aideront à œuvrer de concert et qu’il en résultera un monde bien meilleur pour la vie sauvage et pour toute vie. »

Yury Fedotov, Directeur exécutif de l’ONUDC a dit : « Nous devons en faire plus pour traduire notre prise de conscience et notre engagement en actions, pour renforcer les réponses nationales et la coopération internationale afin d’affronter les dimensions internationales de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts. La présente manifestation avec les agences de l’ONU, les États membres et la société civile témoigne de notre résolution à mettre fin aux syndicats du crime organisé qui pillent nos ressources naturelles et notre patrimoine. »

La manifestation était animée par John Scanlon, Secrétaire général de la CITES, et des discours de haut niveau ont été prononcés par Issoze Ngondet, Ministre des Affaires étrangères du Gabon, Grant Shapps, Ministre d’État britannique au Développement international et Ministre d’État aux Affaires étrangères et du Commonwealth, Edna Molewa, Ministre des Affaires environnementales de la République d’Afrique du Sud, Tshekedi Khama, Ministre de l’Environnement, de la Vie sauvage et du Tourisme de la République du Botswana, Anne Hall, sous-secrétaire adjointe intérimaire au Département d’État des États-Unis, Bureau des océans et des affaires internationales environnementales et scientifiques, Christian Samper, Président-directeur général à la WCS, Georg Wilfried Schmidt, Directeur régional pour l’Afrique sub-saharienne et le Sahel du Ministère des Affaires étrangères d’Allemagne fédérale, et Yury Fedotov, Directeur exécutif de l’ONUDC.

CITES – Avec 181 Parties, la CITES – Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction – reste l’un des outils juridiquement contraignants les plus puissants pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de faune et de flore sauvages. Des milliers d’espèces sont commercialisées sur les marchés internationaux et utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour sa nourriture, son logement, sa santé et dans l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode. La CITES réglemente le commerce international de plus de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris leurs produits et dérivés, afin d’assurer leur survie dans la nature et cette réglementation doit participer à l’amélioration des moyens d’existence des populations locales comme de l’environnement. Le système des permis CITES vise à garantir que le commerce international des espèces inscrites est durable, licite et traçable. La CITES a été signée à Washington, D.C., le 3 mars 1973 et est entrée en vigueur le 1e juillet 1975. Pour en savoir plus : www.cites.org.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre en partenariat avec les populations à tous les niveaux de la société pour favoriser la construction de nations qui peuvent surmonter les crises et maintenir un type de croissance qui améliore la qualité de vie de tous. Dans plus de 170 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et une perception locale permettant de renforcer les capacités et de construire des nations résilientes. www.undp.org

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC)est leader mondial dans la lutte contre les drogues illicites et la criminalité transnationale organisée et c’est le garant de deux instruments internationaux élaborés pour lutter contre les syndicats transnationaux du crime organisé : la Convention des Nations Unies contre la corruption et la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée. Pour remplir le mandat confié à l’Office par ses deux organes directeurs - la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale et la Commission des stupéfiants – l’ONUDC a élaboré le Programme mondial de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts. Celui-ci est le cadre au sein duquel l’ONUDC fournit une gamme d’activités d’assistance technique aux États membres dans le but d’améliorer la justice pénale et de renforcer les capacités de prévention des trafics illicites de la faune et de la flore sauvages. Ce programme d’assistance technique porte sur le renforcement et l’appui aux juges et aux procureurs, le renforcement des capacités de lutte contre la fraude, l’examen des législations, la collecte et l’analyse des informations et la proposition d’autres moyens d’existence pour les populations. Pour plus de renseignements : https://www.unodc.org/unodc/en/wildlife-and-forest-crime/global-programme.html.

Mission de la WCS (Société pour la conservation de la vie sauvage) : grâce à la science,préserver la vie sauvage et l’environnement naturel dans le monde entier par des actions de conservation et d’éducation et en incitant les populations à apprécier la nature. A cette fin, la WCS basée dans le Zoo du Bronx, met à contribution son Programme mondial de conservation dans plus de 60 pays et dans l’ensemble des océans, et ses cinq parcs zoologiques de la ville de New York qui reçoivent 4 millions de visiteurs par an. Elle combine son expertise acquise sur le terrain, dans les zoos et les aquariums et les met au service de sa mission de conservation. Visitez la newsroom sur le site wcs.org @WCSNewsroom. Pour plus de renseignements : 347-840-1242. 

Le Groupe de la Banque mondiale est une source essentielle d’appui financier et technique pour les pays en voie de développement du monde entier. Sa mission est de mettre fin à l’extrême pauvreté et d’accroître durablement la prospérité de tous. L’amélioration de la gestion du patrimoine naturel est l’une de ses missions et en fournissant des financements, en partageant les connaissances, en renforçant les capacités et en forgeant des partenariats dans les secteurs publics et privés, nous assistons les pays sur la voie d’une croissance propre et verte vers des économies résilientes et des communautés saines. La Banque joue un rôle essentiel pour faire que conservation et développement aillent de pair – elle soutient un programme mondial d’assistance technique contre le blanchiment d’argent, anime un nouveau Programme mondial pour la vie sauvage et œuvre avec les pays au renforcement de la lutte contre la fraude dans les forêts et au renforcement de leur gestion, et combat la criminalité liée aux espèces sauvages.

Note aux rédacteurs :Pour plus d’informations, veuillez contacter 

Liu Yuan at +41 22 917 8130 or yuan.liu@cites.org

Max Pulsinelli - 718-220-5182; mpulsinelli@wcs.org

Mary Dixon – 347-840-1242; mdixon@wcs.org

Sangita Khadka, 212-906-5043; sangita.khadka@undp.org

Summer Brennan, 212-906-6626; summer.brennan@undp.org