CITES Secretary-General's remarks at the event to celebrate the second anniversary of the Coalition to End Wildlife Trafficking Online

Discours de la Secrétaire générale CITES à l'occasion de la célébration du deuxième anniversaire
de la Coalition contre le trafic en ligne d'espèces sauvages

Ivonne Higuero, Secrétaire Générale de la CITES

2 mars 2020, New York, États-Unis d'Amérique

Je vous remercie de m'avoir invitée à me joindre à vous ce soir pour célébrer le deuxième anniversaire de la Coalition contre le trafic en ligne d'espèces sauvages. Je vois cet anniversaire comme un évènement marquant parmi les festivités entourant la Journée mondiale de la vie sauvage 2020, qui a lieu cette semaine, sur le thème "Maintenir toutes les formes de vie sur Terre".

J'aimerais remercier toutes les organisations présentes ici ce soir, qui ont contribué de manière décisive à la création de cette Coalition. Lors de ma visite en Chine l'année dernière, j'ai rencontré plusieurs des groupes à l'origine de ce partenariat et je me réjouis de l'ampleur qu'il a pris au point de devenir une coalition mondiale de lutte contre le trafic d'espèces sauvages par le biais d'internet.

Après de nombreuses batailles pour que les acteurs industriels et le secteur privé s'impliquent face aux menaces pesant sur les espèces sauvages et la biodiversité, les mesures très audacieuses prises par plus de 20 des plus grands noms de l'industrie technologique me font extrêmement chaud au cœur.

Votre objectif de réduction de 80% d'ici 2020 du commerce illégal d'espèces sauvages en ligne est très louable, et c'est seulement en se fixant des objectifs aussi ambitieux que nous réussirons à enrayer la cybercriminalité liée aux espèces sauvages.

Comme vous le savez tous, la CITES est le traité mondial établissant les règles du commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d'extinction. Au cours des dernières décennies, deux tendances mondiales très différentes ont émergé, qui présentent pour nous tous un enjeu majeur.

Premièrement, nous sommes passés à l'ère du numérique, ce qui nous a apporté des opportunités formidables et un décuplement des connexions au niveau mondial, permettant la diversification et l'intensification des communications et des économies ainsi que l'amélioration des technologies partout dans le monde. Deuxièmement, nous sommes confrontés à une crise de la perte de biodiversité, allant des espèces bien connues et fascinantes à d'innombrables espèces de plantes, poissons, animaux et reptiles moins connues.

Les engagements pris par les acteurs industriels lorsqu'ils ont rejoint la coalition, et de fait les engagements mondiaux à combattre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages, en apportant des solutions aux questions de politique et d'application de la réglementation, en améliorant les méthodes de détection, et en mettant en avant les campagnes de sensibilisation des consommateurs, représentent une avancée considérable dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages à travers le monde.

Je note que la coalition a annoncé aujourd'hui aux médias, qu'à ce jour, 3 millions d'espèces menacées d'extinctions et produits dérivés de ces espèces ont été retirées ou suspendues de leurs plateformes en ligne. C'est un immense progrès !

Lors de ma visite au siège de deux des géants de l'internet en Chine, Tencent et Sina, j'ai appris qu'à lui seul, Tencent avait détecté plus d'1 million d'activités relevant du commerce illégal d'espèces sauvages, sur ses plateformes. Ils ont déclaré la fermeture de plus de 6 000 comptes et l'arrestations de 128 malfaiteurs et ont saisi des produits d'une valeur de 2,8 millions de dollars. Comme vous le savez, ces deux entreprises sont membres de la Coalition mondiale de lutte contre le trafic en ligne d'espèces sauvages. Et j'ai pu voir par moi-même la détermination dont font preuve les personnes qui travaillent sur ce sujet dans les organisations de conservation et les cyberentreprises.

Je me réjouis que la Convention ait pris acte de la nature changeante de la criminalité liée aux espèces sauvages au regard de la nouvelle ère numérique et qu'elle ait consacré une part de son travail à ce sujet au cours des dernières années. Lors de la 18ème Conférence des Parties à la CITES, les Parties ont débattu et convenu de renforcer les dispositions de la Convention relatives à la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages sur Internet. La CoP a adopté de nombreuses Décisions invitant les Parties, l'ICCWC et d'autres partenaires à concentrer leurs efforts sur la lutte contre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages, pendant cette période intersessions. Les Parties à la CITES Parties, les organisations et les individus présents ici, ont activement appuyé ces décisions, et j'aimerais vous remercier pour votre engagement et votre soutien sans faille à la CITES.

Le Secrétariat travaille en collaboration avec INTERPOL afin de s'assurer qu'il y ait toujours une personne référente vers laquelle les pays peuvent se tourner s'ils ont besoin de soutien dans leur lutte contre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages.

Grâce à l'Union Européenne, nous avons réussi à mobiliser des fonds via le Programme stratégique de l'ICCWC, afin de soutenir ce travail colossal.

En outre, la CoP18 a adopté une Décision encourageant les Parties à tirer parti des capacités offertes par INTERPOL au sein de son Complexe mondial pour l'innovation de Singapour, dans le but de soutenir les efforts des Parties dans leur lutte contre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages. Je vous encourage vivement à utiliser ces ressources.

                      

Nous travaillons également au développement de directives pratiques pour guider l'application des lois relatives à la lutte contre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages. J'ai le plaisir de vous annoncer qu'INTERPOL en coopération avec le Secrétariat de la CITES ainsi qu'un ensemble d'experts qualifiés viennent de finaliser ce document. Il s'agit d'un guide à l'attention des organes et agents de répression uniquement et il sera publié très prochainement via les réseaux sécurisés d'INTERPOL, du Secrétariat CITES et de l'Organisation mondiale des douanes. Je crois que ce guide, intitulé "Cybercriminalité liée aux espèces sauvages : directives concrètes à l'attention des forces de l'ordre", sera d'une aide précieuse aux États Membres dans l'intensification de leurs efforts de lutte contre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages. Il convient d'encourager les Parties à exploiter pleinement ces conseils dans le cadre de leurs enquêtes sur les cas de cybercriminalité liée aux espèces sauvages.

Enfin, j'aimerais conclure avec un mot sur la journée Mondiale de la vie sauvage de cette année : « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre ». L'accent est mis cette année sur la reconnaissance du fait qu'il est primordial d'assurer une utilisation durable des espèces sauvages et de la biodiversité, pour la prospérité, pour la planète et pour l'humanité. Bien que le trafic d'espèces sauvages ait pris de l'ampleur au niveau mondial, l'objectif de la CITES est de garantir que le commerce international de faune et de flore ne se fasse pas au détriment de leur subsistance à l'état sauvage. 97% des espèces inscrites aux Annexes CITES peuvent être commercialisées légalement à condition que le cadre juridique prévu à leur effet soit appliqué. Les principales sociétés de l'Internet et les organisations de conservation peuvent nous aider à veiller à ce que ce commerce reste légal, durable et traçable pour qu'il contribue aux économies et moyens de subsistance, dans le respect du bien-être de la planète et de l'humanité.

Merci !