Lancement du site du Programme CITES sur les espèces d’arbres

Genève, 20 février 2020 – Le Secrétariat de la CITES a mis en place un site Internet spécialement consacré au Programme CITES sur les espèces d’arbres (CTSP), financé par l’Union Européenne, et disponible dans les trois langues de travail de la Convention : anglais, français et espagnol.

Le site Internet est accessible à cette adresse: https://cites-tsp.org/fr/. Il présente, de manière exhaustive, le Programme CITES sur les espèces d'arbres. Les différentes rubriques détaillent l'historique, la structure et les coordonnées du programme ainsi que des actualités et des événements.

Le site Internet sera l'objet de mises à jour régulières et présente les différents résultats attendus du programme et les actions des Parties en Amérique centrale et du Sud et Caraïbe, Afrique et Asie. La rubrique "Ressources" rassemble des manuels et documents relatifs à la CITES et aux espèces d'arbres. Des images du travail effectué sur le terrain et des projets viennent illustrer ces rubriques.

Enfin, la rubrique "Carte du programme" contient des catégories et des filtres permettant de trouver des informations relatives à un projet, à des espèces d'arbres ou à une réunion.

Ce site Internet offre une expérience de navigation interactive et intuitive à tous ceux qui sont intéressés par le travail effectué dans le cadre du Programme CITES sur les espèces d'arbres et par les efforts déployés par les Parties qui s'efforcent de renforcer leurs capacités à mettre en œuvre les directives de la Convention quant aux espèces d'arbres inscrites.

L'équipe du Programme CITES sur les espèces d'arbres actualisera régulièrement les informations relatives aux avancées et aux résultats des diverses actions soutenues par le Programme. Le nouveau site Internet vise à renforcer la visibilité du Programme CITES sur les spécimens d'arbres. Il se veut être une ressource d'information pour toutes les parties prenantes de la CITES et des arbres.

 

Délégués lors de la 5ème session du Comité consultatif du Programme CITES sur les espèces d'arbres.
10 décembre 2019, Lomé, Togo

Bois indiquant les noms des 7 espèces
inscrites à l'Annexe II de la CITES.
Photo de Myrna Herrera.

Dalbergia cubilquitzensis
Photo de la Fondation Nature pour la Vie

 

Historique du Programme CITES sur les espèces d'arbres:

Le 14 juillet 2017, le Secrétariat de la CITES et la Commission Européenne ont annoncé leur collaboration dans le cadre d'un projet ayant pour objet la gestion durable des espèces d'arbres inscrites aux Annexes de la CITES et la préservation des éléphants d'Afrique. Ce projet a été assorti d'une contribution financière considérable de 8 millions d'Euros versée par l'Union Européenne (UE) dont 7 millions d'Euros ont été affectés au soutien d'une composante du projet relative aux espèces d'arbres inscrites aux Annexes de la CITES.

Le Programme CITES sur les espèces d'arbres a sélectionné et apporté un soutien financier à 17 projets qui visent à la conservation et à la gestion de 8 espèces d'arbres inscrites à la CITES et de deux genres, dont des espèces de bois de rose d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud et des Caraïbes, de l’Afrique et de l’Asie.

En travaillant à renforcer leurs capacités dans des domaines clés de mise en œuvre, tels que la formulation des avis de commerce non préjudiciable, l'application, le marquage et la traçabilité et l'identification des produits arboricoles, le programme vise à garantir que le commerce que ces États effectuent de leur bois, écorce, d’extraits et d’autres produits associés est durable, légal et traçable.

Les chiffres sur la criminalité liée aux espèces sauvages, tels que ceux du Rapport 2016 des Nations Unies sur la criminalité mondiale contre les espèces sauvages de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, ont montré que le bois, et notamment les produits du bois de rose, sont parmi les espèces les plus fréquemment ciblées par les flux commerciaux illégaux.

Le Programme CITES sur les espèces d'arbres est aligné sur l'objectif numéro 15 de développement durable de l'ONU consistant à "préserver la vie sur terre - et notamment les forêts, les écosystèmes qu'elle fournit et les arbres qui la constituen"t. Le CTSP vise à améliorer et renforcer la gouvernance de la forêt de façon à ce qu'elle puisse bénéficier d'une préservation des espèces à long terme, en mettant, par conséquent, un terme à la perte de la biodiversité, tout en soutenant également les moyens de subsistance des communautés tributaires des forêts et du commerce des produits forestiers.

Plus de 900 espèces d'arbres ayant une valeur commerciale sont actuellement inscrites aux Annexes de la CITES. Ces inscriptions témoignent de l'inquiétude de la Conférence des Parties quant à la survie, à long terme, de ces spécimens et de leur volonté de les préserver et d'éviter leur surexploitation.

S'exprimant sur le projet financé par l'UE lors de la Conférence des parties à la CITES de 2019, le chef de la délégation de l'Union européenne, M. Jorge Rodriguez-Romero, a déclaré: « Les efforts considérables déployés par nombre de Parties, afin de mettre en œuvre ces listes d'espèces d'arbres ces dernières années sont une source d'encouragement importante pour nous. Au-delà des décisions prises lors des rencontres internationales, nous avons particulièrement hâte de nous assurer que les initiatives peuvent se concrétiser sur le terrain, à l'échelon des autorités nationales, des agences locales et des parties prenantes impliquées dans la gestion de ces espèces d'arbres ».

Pour la Secrétaire générale de la CITES, Ivonne Higuero, « le Programme des espèces d'arbres de la CITES donne un exemple intéressant sur la manière de renforcer la mise en œuvre et l'engagement des Parties à la Convention lorsqu'ils traitent des espèces qui sont souvent ciblées par des commerçants illégaux. Nous sommes reconnaissants à l'Union européenne d'avoir fourni des ressources au Secrétariat pour aider les Parties à la CITES à inverser les tendances négatives des espèces d'arbres inscrites à la CITES. Fournir une telle initiative avec sa propre plate-forme dédiée contribuera à diffuser son travail et contribuera à renforcer la visibilité des efforts de collaboration pour conserver la vie sauvage et garantir des flux commerciaux légaux et traçables de la faune en général. »