La CITES félicite les principales sociétés de messagerie chinoises pour leur politique de tolérance zéro à l’égard du commerce illégal des espèces sauvages

La Journée mondiale de la vie sauvage 2015, qui a lieu à la date anniversaire de l’adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), a été célébrée en Chine par l’adoption de nouvelles mesures concrètes pour renforcer la mise en œuvre de la CITES et lutter contre le commerce illégal des espèces sauvages dans le pays.

Un symposium pour commémorer la Journée mondiale de la vie sauvage a été organisé en association avec un séminaire de formation sur le transport des espèces sauvages protégées et de leurs produits destiné aux principales sociétés de messagerie. Dix-sept d’entre elles, de grandes entreprises aussi bien nationales que multinationales disposant de locaux en Chine telles que China Post, SF Express, EMS, DHL, FedEx et TNT, ont assisté au séminaire de formation et signé l’engagement d’adopter une politique de tolérance zéro à l’égard du commerce illégal des espèces sauvages et de leurs produits. D’après le Bureau national chinois de la poste, ces sociétés représentent plus de 95 % des parts de marché.

Le vice-ministre Liu Dongsheng de l’Administration nationale des forêts, M. Meng Xianlin, directeur général exécutif de l’organe de gestion CITES de la Chine, et M. Lin Hu, directeur général adjoint du département de surveillance des marchés du Bureau national de la poste, ont assisté à l’événement. Le séminaire était organisé conjointement par l’organe de gestion CITES de la Chine, le Bureau national de la poste et TRAFFIC. La China Express Association et l’Association chinoise de conservation des espèces sauvages étaient représentées au séminaire.

« En tant que Partie à la CITES, la Chine est fermement résolue à mettre en œuvre cette Convention, à lutter contre la fraude dans les domaines couverts par celle-ci et à réglementer le commerce des espèces sauvages sur son territoire. Le Gouvernement chinois prend très au sérieux la criminalité liée aux espèces sauvages. Les mesures d’inspection renforcées sur les marchés, le contrôle des transports sur le territoire national, la réglementation des opérations d’importation et d’exportation et des transactions sur Internet, sont autant d’efforts que nous déployons quotidiennement pour juguler efficacement le commerce illégal. Nous œuvrerons en étroite collaboration avec la communauté internationale. Ensemble, nous pouvons briser la chaîne du commerce illégal ! », a déclaré M. Liu Dongsheng, vice-ministre de l’Administration nationale des forêts.

Durant le séminaire de formation d’une journée intitulé « Séminaire de formation sur la mise en œuvre de la CITES en ce qui concerne les espèces à haut risque, à l’attention des principales sociétés de messagerie », les représentants de ces sociétés ont reçu des informations détaillées sur les législations nationales pertinentes ayant trait au commerce des espèces sauvages et à la CITES, les moyens de surveiller et de détecter les produits relevant du commerce illégal et des exemples de cas de trafic d’espèces sauvages. Dans le cadre de leur engagement d’adopter une politique de tolérance zéro, les sociétés se sont engagées à renforcer le contrôle des produits de spécimens d’espèces sauvages tels que l’os de tigre, la corne de rhinocéros et l’ivoire d’éléphant, à déclarer immédiatement les cas de commerce de ces produits à l’autorité compétente et à contribuer à renforcer la connaissance de la législation relative aux espèces sauvages chez leurs clients.

« Nous félicitons les sociétés de messagerie qui exercent leurs activités en Chine d’avoir pris cet engagement courageux. A mesure qu’augmentera le nombre de personnes travaillant dans le secteur des transports qui cherchent à détecter les espèces sauvages illégalement commercialisées, la probabilité de trouver ceux qui pratiquent ce commerce s’accroîtra. C’est un pas de plus dans la bonne direction qui consiste à maximiser les risques liés à la pratique du commerce illégal des espèces sauvages et à faire chuter les bénéfices liés à ce commerce », a déclaré le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon.

D’après une étude réalisée par TRAFFIC récemment publiée, ce sont aujourd’hui les réseaux sociaux qui constituent le principal véhicule du commerce illégal des espèces sauvages et de leurs produits en Chine, ayant détrôné les vendeurs au détail sévissant sur Internet. Pour finaliser la transaction, il est fait recours à des sociétés de messagerie, qui sont de loin le moyen de transport le plus important et constituent par conséquent un maillon important de la chaîne du commerce illégal. De toute évidence, la coopération et le soutien de ces sociétés seront donc essentiels pour assurer le succès des efforts déployés pour juguler le trafic illicite des espèces sauvages.

Le Gouvernement chinois prend des mesures de plus en plus fortes pour lutter contre le commerce illégal des espèces sauvages : de plus en plus de saisies sont réalisées, de condamnations et de peines prononcées et de campagnes de sensibilisation menées. L’attachement de la Chine à mettre pleinement en œuvre la CITES a été réaffirmé lorsque le Secrétaire général de la CITES a rencontré le Vice-Premier Ministre chinois, M. Wang Yang, plus tôt cette année (voir plus).