Les ministres renforcent la coopération internationale pour lutter contre le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de corne de rhinocéros

Document non officiel
destiné uniquement aux médias

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les ministres renforcent la coopération internationale pour lutter contre le braconnage
des rhinocéros et le commerce illégal de corne de rhinocéros

Genève, 16 février– Le renforcement de la coopération internationale pour lutter contre le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de corne de rhinocéros était à l’ordre du jour la semaine dernière à Genève, où le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a accueilli des réunions des ministres et des hauts représentants des principaux États concernés par cette grave criminalité.

Le braconnage des rhinocéros a continué à augmenter fortement en 2014, notamment en Afrique du Sud – qui abrite les trois quarts des rhinocéros du monde – où il a atteint le chiffre alarmant de 1215 individus abattus illégalement, contre 13 en 2007.

Les ministres et représentants de haut niveau de la République tchèque, du Mozambique, de l’Afrique du Sud et du Viet Nam - les États clés identifiés par les décisions prises en vertu de la CITES comme étant concernés par le braconnage et le commerce illégal de corne de rhinocéros en tant que pays de l’aire de répartition, de transit ou de destination - se sont réunis samedi pour définir comment renforcer la collaboration internationale en matière de lutte contre cette grave criminalité. Des responsables chinois se sont joints à la réunion en qualité d’observateurs, de même que le Président de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement, l’hon. Binilith S. Mahenge, Ministre d’État à l’Environnement de la République-Unie de Tanzanie, et des représentants des organisations partenaires du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC).

Le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon, qui a facilité le dialogue ministériel, a déclaré : « Le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de leurs cornes continuent d’être parmi les activités criminelles les plus structurées que rencontre la CITES. Une coopération internationale renforcée et continue est essentielle à la lutte contre cette criminalité. Le dialogue ministériel tenu aujourd’hui a permis d’obtenir un plus fort engagement politique des États clés afin d’améliorer la coopération bilatérale, trilatérale et multilatérale, ainsi qu’un engagement à travailler ensemble sur des actions concrètes à court et moyen terme ».

Mme Edna Molewa, Ministre de l’Environnement de l’Afrique du Sud, qui a participé au dialogue, a déclaré : « L’Afrique du Sud abrite 93 % des rhinocéros blancs et 39 % des rhinocéros noirs d’Afrique grâce à la réussite remarquable de notre politique de conservation. Mais le braconnage menace d’anéantir ce succès. En 2014, nous avons perdu 1215 rhinocéros – ce qui représente une augmentation par rapport aux 1004 individus abattus illégalement en 2013. Lorsque nous comptons le coût non seulement en termes financiers mais aussi pour ce qui est de la perte de vies humaines et des risques pour notre sécurité nationale, il est clair que l’Afrique du Sud ne peut pas gagner seule ce combat. Pour cela, nous comptons sur le soutien de nos partenaires internationaux, et des organismes tels que la CITES, INTERPOL, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et l’Organisation mondiale des douanes, afin de renforcer nos efforts actuels de lutte contre le braconnage - pour que la richesse de la faune sauvage dont nous avons hérité soit conservée pour les générations à venir ».

M. Pedro Commissario, Ambassadeur Représentant permanent de la République du Mozambique à Genève, a déclaré : « En 2016, le Mozambique aura réduit le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de corne de rhinocéros grâce à une protection accrue, à la lutte contre la fraude et aux programmes de sensibilisation du public. Le Plan d’action national du Mozambique pour l’ivoire et la corne de rhinocéros, récemment soumis à la CITES, fournit un cadre pour que soient prises ces mesures clés nécessaires à la lutte contre la criminalité liée au rhinocéros ».

M. Erik Geuss, Directeur général de l’Inspection tchèque de l’environnement, a déclaré : « Les groupes criminels impliqués dans la criminalité liée aux espèces sauvages utilisent à mauvais escient les trophées de chasse au rhinocéros pour alimenter en corne de rhinocéros le marché noir illicite, comme l’a confirmé une enquête à long terme menée en République tchèque et dans d’autres pays. Le commerce illégal de corne de rhinocéros ne concerne pas seulement les États de l’aire de répartition et les pays consommateurs, mais aussi les pays de transit comme la République tchèque. Je tiens à assurer que la République tchèque continuera par ses efforts à lutter contre le commerce illégal de corne de rhinocéros et à enquêter efficacement sur cette criminalité, en coopération avec les autres États clés et les partenaires de l’ICCWC ».

M. Ba Ngai Nguyen, Professeur agrégé et Directeur général adjoint de l’Administration forestière du Viet Nam, a déclaré : « Le Viet Nam apprécie hautement l’initiative prise pour inviter les États clés à mobiliser davantage les efforts internationaux et l’engagement politique, et pour renforcer la coopération entre tous les pays concernés et les organisations internationales afin de combattre le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de la corne de rhinocéros. Nous confirmons fermement que le Gouvernement du Viet Nam continuera à contribuer, à travers ses responsabilités et obligations, aux efforts de la communauté internationale afin de mettre un terme au braconnage et de conserver cette belle espèce pour les générations futures ».

Le dialogue ministériel CITES faisait suite à deux jours de réunion des hauts représentants, au cours desquels les services nationaux des douanes, de la police et des autorités chargés de la faune sauvage ont travaillé avec des experts des organisations partenaires de l’ICCWC pour préparer des recommandations sur des interventions très ciblées et des domaines spécifiques de coopération. Le dialogue ministériel a donné aux ministres et aux représentants de haut niveau une occasion de discuter des 19 actions à court et à moyen terme recommandées par la réunion des hauts représentants, mais également de partager leurs expériences nationales en matière de lutte contre la criminalité liée au rhinocéros et de réfléchir aux défis qui subsistent et aux priorités les plus hautes pour une coopération renforcée.

L’engagement des États de l’aire de répartition, de transit et de destination à travailler ensemble sur toute la chaîne du commerce illicite, afin de lutter contre le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de leurs cornes, a été souligné par l’adoption d’une déclaration ministérielle. La « Déclaration de Genève sur la lutte contre la criminalité liée au Rhinocéros » réaffirme l’engagement des quatre États clés à prendre des mesures pour prévenir, combattre et éliminer le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de la corne de rhinocéros, en renforçant davantage leur coopération internationale et leur coordination des mesures de lutte contre la fraude. Elle demande également à l’ICCWC et à la communauté internationale de fournir davantage de soutien aux efforts des États clés touchés par le braconnage et le commerce illicite de corne de rhinocéros.

La réunion ministérielle s’est conclue par la remise par le Secrétaire général de la CITES des Certificats de louanges aux autorités sud-africaines ayant participé à l’Operation Whisper une opération secrète ayant abouti à l’arrestation de membres de groupes criminels organisés impliqués dans le braconnage des rhinocéros et le commerce international illicite de leurs cornes. Les certificats ont été acceptés par Mme la ministre Molewa au nom de la police sud-africaine, de l’Autorité judiciaire nationale de l’Afrique du Sud et de Ezemvelo KwaZulu-Natal Wildlife.

Informations complémentaires :

---

Note aux rédacteurs: Pour plus d’informations, veuillez contacter Juan Carlos Vasquez au +41 79 552 27 32 (mobile), ou juan.vasquez@cites.org.

Pour les questions des médias relatives aux efforts de l’Afrique du Sud pour combattre le braconnage des rhinocéros et le commerce illégal de corne de rhinocéros, veuillez contacter M. Albi Modise au ministère de l’Environnement d’Afrique du Sud au +27 (0) 83 490 2871 (mobile).