Un grand pas en avant dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages

Document non officiel
destiné uniquement aux médias

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Un grand pas en avant dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages

La CITES soutient l’opération d’INTERPOL visant à localiser des malfaiteurs recherchés pour des atteintes à l’environnement,
y compris des leaders de la criminalité liée aux espèces sauvages

Genève, le 17 novembre 2014 - La première opération mondiale ciblant les individus recherchés pour des atteintes graves à l’environnement, incluant la criminalité liée aux espèces sauvages, menée par INTERPOL et soutenue par le Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC), a été annoncée aujourd’hui. La phase initiale de l’opération d’INTERPOL intitulée « INFRA-Terra » (pour International Fugitive Round-Up and Arrest), vise neuf fugitifs recherchés pour des atteintes à l’environnement, relevant notamment de la criminalité liée aux espèces sauvages. Parmi eux figure Feisal Mohamed Ali, chef présumé d’un réseau de contrebande d’ivoire au Kenya.

Le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) joint sa voix à celles de ses partenaires de l’ICCWC pour solliciter l’aide du public en lui demandant de communiquer toute information qui pourrait aider à retrouver les suspects dont les cas ont été retenus pour cette phase initiale.

Commentant l’opération, le chef de l’appui à la lutte contre la fraude à la CITES, M. Ben Janse van Rensburg a déclaré : « Cette première opération représente un grand pas en avant dans la lutte contre les réseaux de la criminalité liées aux les espèces sauvages. Les pays traitent de plus en plus cette criminalité comme un délit grave, et nous n’épargnerons aucun effort pour localiser et arrêter ces criminels afin qu’ils soient traduits en justice. Le public peut jouer un rôle crucial dans cet effort collectif, il représente nos yeux et nos oreilles sur le terrain. Son soutien peut contribuer à ce que les malfaiteurs soient confrontés aux forces de la loi et soient dûment punis ».

 « Par le passé, les pays n’ont pas eu recours à ces outils de lutte contre la fraude pour traquer les malfaiteurs recherchés pour des atteintes à notre patrimoine naturel. Le Secrétariat CITES félicite les gouvernements qui feront usage de ce mécanisme, et soutient fortement cette initiative de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages et contre ceux qui la dirigent », a-t-il ajouté.

La criminalité liée aux espèces sauvages est devenue une menace sérieuse pour la sécurité, la stabilité politique, l’économie, les ressources naturelles et le patrimoine culturel de nombreux pays. L’ampleur de la réponse nécessaire pour contrer cette menace dépasse effectivement souvent la seule compétence des organismes environnementaux ou des agences de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages, ou même d’un seul pays ou d’une région. En ciblant les malfaiteurs recherchés, cette opération prolongera les efforts au-delà des frontières nationales et à travers les États de l’aire de répartition des espèces concernées, les pays de transit et de destination, en apportant une réponse collective mondiale pour combattre une telle criminalité.

L’appui technique et financier à l’opération est apporté par le Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC) grâce à la généreuse contribution de l’Union européenne.

Les informations sur le lieu de séjour des personnes visées par l’opération INFRA-Terra ou de toute personne recherchée au niveau international peuvent être transmises à l’unité de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite d’INTERPOL. Il est également possible de communiquer des informations de façon anonyme àn’importe lequel des programmes nationaux « Crime Stoppers ».

Notes aux rédacteurs : Pour plus d’informations, veuillez contacter Juan Carlos Vasquez au+4179-552 27 32 (mobile), ou juan.vasquez@cites.org

Pour en savoir plus :

·         Page principale sur l’opération

·         Unité de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite d’INTERPOL

·         La CITES félicite le nouveau Secrétaire Général d’INTERPOL et accueille favorablement l’adoption de la résolution de l’Assemblée générale sur la sécurité environnementale

·         Le Secrétariat de la CITES se félicite de la déclaration ministérielle conjointe de l'APEC

·         Décret du Président des États-Unis - Lutte contre le trafic d’espèces sauvages

·         Audition de la Commission des affaires étrangères du Sénat des États-Unis,

·         La CITES salue l’appel à l’action de la Secrétaire d’État Hilary Clinton contre le commerce illégal d'espèces sauvages

·         Fiche d’information : Efforts des États-Unis pour combattre le trafic d’espèces sauvages

·         Rio+20 sur la CITES et la criminalité liéeaux espèces sauvages

·         Conférence des Parties à la CITES et la criminalité liée aux espèces sauvages

·         Projet de résolution de la Commission des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale sur la criminalité liée aux espèces sauvages

·         Efforts de la Royauté britannique pour soutenir la lutte contre le trafic d’espèces sauvages

·         Résultats du sommet 2013 du G8 sur la criminalité liée aux espèces sauvages

·         Conseil de sécurité des Nations Unies, Armée de résistance du Seigneur et commerce illégal de l’ivoire

·         La Fiche d’information note également que les États-Unis collaboreront avec le Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC). Pour plus d’informations sur l’ICCWC, veuillez consulter http ://www.cites.org/fra/prog/iccwc.php

·         L’ICCW a accueilli la première réunion mondiale des réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages

·         L’ICCWC a également accueilli, lors de la CoP de la CITES, une session ministérielle sur la lutte contre la criminalité transnationale, dont le rapport est disponible sur http://www.cites.org/fra/cop/16/inf/F-CoP16i-54.pdf

Au sujet de la CITES

Avec 180 États membres, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages.

La CITES règlemente le commerce international de près de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.

La CITES a été adoptée à Washington D.C. le 3 mars 1973. L’Assemblée générale des Nations Unies a proclaméle 3 mars Journée mondiale de la vie sauvage.

Pour en savoir plus sur la CITES consulter www.cites.orgou les pages suivantes:

Au sujet de l’ICCWC

L’ICCWC est une action menée en collaboration par cinq organisations intergouvernementales qui œuvrent à fournir un appui coordonné aux agences nationales de lutte contre la fraude en matière d’espèces sauvages et aux réseaux régionaux et subrégionaux qui, jour après jour, agissent pour défendre les ressources naturelles. Les partenaires de l’ICCWC sont le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), Interpol, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale des douanes.

La mission de l’ICCWC est d’inaugurer une ère nouvelle où les auteurs de délits graves contre les espèces sauvages et la forêt devront faire face à une réaction formidable et coordonnée, alors qu’actuellement, le risque de détection et de sanction est trop faible.

Dans ce contexte, l’ICCWC œuvrera principalement pour, et avec, les milieux de la lutte contre la fraude, puisque ce sont les agents travaillant en première ligne qui finissent par traîner en justice les délinquants engagés dans cette criminalité

L’ICCWC cherche à soutenir un développement de la lutte contre la fraude qui s’appuie sur des politiques axées sur des ressources naturelles durables, au plan social et environnemental, en tenant compte de la nécessité de fournir un appui aux communautés rurales pauvres et marginalisées pour qu’elles gardent leurs moyens d’existence.

Pour en savoir plus sur l'ICCWC consulter http://www.cites.org/fra/prog/iccwc.php