74e session du Comité permanent à Lyon – Le verdict des délégués

Mise à jour le 23 March 2022

74e session du Comité permanent à Lyon – Le verdict des délégués

Delegates from SC74

Shereefa AL SALEM, Rhedyn OLLERENSHAW, Flore KOUMBA PAMBO

Comment s’est passée la session ?

Flore KOUMBA PAMBO (FKP) – Déléguée du Gabon :

C’est une véritable réussite ! Nous avons eu plusieurs sessions en ligne et pour moi, c’était vraiment important de renouer les liens dans la famille CITES. Malheureusement, toutes les Parties n’ont pas pu venir – en raison des restrictions sanitaires – mais espérons que, pour la CoP, nous pourrons tous être réunis pour travailler à la conservation de la faune et de la flore sauvages. (CoP – session de la Conférence des Parties, en novembre, au Panama)

Shereefa AL SALEM (SAS) – Déléguée du Koweït :

Tout s’est très bien déroulé – nous avons eu de longues journées avec des séances tardives mais, naturellement, la Présidente (Carolina Caceres, Présidente du Comité permanent) est parmi les personnes les plus qualifiées pour traiter les sujets avec neutralité. Oui, c’était parfait.

Il ne s’agit pas seulement du programme ou des thèmes eux‑mêmes, mais aussi de la communication entre les pays et le Secrétariat, les OIG, les ONG. Parfois, de ces sessions face à face naissent plus de protocoles d’accord et de collaboration entre les pays.

Rhedyn OLLERENSHAW (RO) – Déléguée de l’Australie :

Je pense que nous avons eu une session extrêmement productive compte tenu de l’épaisseur du programme. C’était vraiment positif ; nous étions tous très heureux de nous retrouver. Que nous ayons pu renouer aussi vite et nous mettre activement au travail, cela en dit long sur notre communauté.

 

Que retiendrez-vous de la session ?

SAS – C’est une excellente expérience, un échange formidable d’informations. J’ai rencontré des gens de ma région et d’ailleurs, qui m’ont donné des idées et des connaissances, et cela fera une grande différence.

RO – L’énergie palpable dans la salle, c’est ce que je retirerai. Nous avions beaucoup de travail mais tout le monde était vraiment de bonne humeur. Malgré les longues journées, tout le monde était décidé à faire assidument ce qu’il y avait à faire – même tard dans la nuit.

FKP – Il m’a semblé que, cette fois‑ci, le consensus était encore plus fort que d’habitude dans les discussions. Je ne sais pas si c’est la COVID, mais tout le monde est resté vraiment concis. Je suis la Présidente du Comité pour les plantes et j’ai ressenti moins de frictions et plus de consensus et je pense que c’est de bon augure pour la CoP.

 

Quels seraient vos conseils à quelqu’un dont c’est la première session du Comité ?

SAS – Collaborez dans votre région et réfléchissez aux moyens de travailler ensemble et d’unifier votre position. Traitez toutes les questions avec les pays concernés – nous avons eu la chance de pouvoir faire cela avec le Secrétariat CITES avant le début de la session et ce fut très utile, vraiment formidable.

FKP – Mon principal conseil à quelqu’un qui vient pour la première fois à une session du Comité permanent serait d’écouter. Arrêtez‑vous, écoutez et essayez de comprendre ce qui se passe. Pour moi, c’est comme cela que ça s’est passé. Ce n’est qu’à ma troisième session du Comité que j’ai réussi à dire quelque chose pour représenter mon pays.

RO – Posez beaucoup de questions à tous ceux qui vous entourent, soyez attentif à tous les comportements et à tous les rythmes. Regardez comment les gens communiquent les uns avec les autres et observez les rapports de fission et de fusion autour de vous – c’est ainsi que vous nouerez des relations, que vous rencontrerez des personnes qui pensent comme vous et que vous comprendrez les différentes perspectives.

 

Quel est l’intérêt d’organiser une session en présentiel plutôt que des sessions à distance comme précédemment ?

SAS – C’est une véritable expérience. Les contacts directs entre les pays et le Secrétariat ; toutes les questions peuvent y être traitées, face à face.

FKP – Le travail a été plus dur ici mais beaucoup plus satisfaisant et productif. On a le temps d’apprendre à nouer des relations, à trouver le consensus et à résoudre les problèmes. Il n’y a pas de comparaison avec les sessions en ligne.

RO – Je pense que l’avantage, c’est de pouvoir regarder les autres dans les yeux, ou même de regarder Carolina et voir comment elle réagit ou comment le Secrétariat réagit, de pouvoir parler avec les collègues entre les séances et de nouer des liens, c’est impossible à faire sur un écran.