Annonce des finalistes du festival cinématographique organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage 2021

COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT

CITES, Jackson Wild, UNDP logos

 

 

 

 

Annonce des finalistes du festival cinématographique organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage 2021

Genève/New York/Jackson Hole, 16 février 2021 - Les juges et organisateurs du festival cinématographique organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la nature 2021 ont dévoilé les finalistes de cette année. La sélection met en avant 38 films exceptionnels en compétition dans cinq catégories, retenus parmi les 275 films soumis, ainsi que 12 films ayant reçu une mention honorable.

En accord avec le thème de la Journée mondiale de la vie sauvage de cette année, « Forêts et moyens d’existence : préserver la planète et ses habitants », le festival cinématographique met en lumière les rapports entre les forêts du monde entier et les espèces sauvages qu’elles abritent, les efforts entrepris pour assurer la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, ainsi que les millions de vies qui dépendent directement de ces forêts, notamment celles des peuples autochtones et des communautés locales, qui sont souvent les gardiens de ces écosystèmes.

Les gagnants seront annoncés le 3 mars, à l’occasion du tout premier événement virtuel international programmé pour la Journée mondiale de la vie sauvage.

Le festival 2021, la sixième compétition cinématographique planifiée dans le cadre des célébrations annuelles de cette Journée mondiale de la vie sauvage, est organisé par Jackson Wild, le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les films mentionnés ci-dessous ont été sélectionnés comme finalistes dans les cinq catégories suivantes :

  • Peuples et forêts ;
  • Ma forêt ;
  • Avenir des forêts ;
  • Forêts vivantes ;
  • Micro-métrages sur les forêts.

Chaque catégorie, à l’exception des « Micro-métrages sur les forêts », a été divisée en deux sous-catégories supplémentaires : les longs métrages, d’une durée supérieure à 17 minutes, et les courts métrages, d’une durée comprise entre 5 et 17 minutes. Les micro-métrages rassemblent les films d’une durée maximale de 5 minutes. Vous trouverez la liste complète des finalistes ci-dessous.

Les gagnants et les finalistes feront l’objet de nombreuses projections lors d’événements organisés dans le monde entier, ceci afin de sensibiliser l’opinion publique à l’importance de la conservation des forêts et des espèces forestières de faune et de flore sauvages, et de mettre en lumière les leçons à tirer du savoir et de l’expérience inestimables des communautés vivant dans les forêts, ou à proximité de celles-ci, en matière de conservation de ces écosystèmes.

La Secrétaire générale de la CITES, Ivonne Higuero, a déclaré : « Les films exceptionnels présentés lors de ce sixième festival, organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage, permettront aux spectateurs de découvrir la vie de communautés locales et indigènes qui vivent dans les forêts ou à proximité de ces dernières dans le monde entier, et qui dépendent de ces écosystèmes et de leurs espèces pour assurer leur subsistance et leur bien-être. Nous cherchons tous à nous réconcilier avec la Nature, et ce festival cinématographique nous donne l’occasion de filmer et de partager la vie de personnes et de communautés qui s’engagent sur la voie du développement durable. Nous devrions tous nous inspirer des efforts entrepris par ceux qui entretiennent des interactions durables avec leur environnement et nous exprimons toute notre reconnaissance aux cinéastes qui nous ont envoyé leurs œuvres. »

« Les finalistes retenus pour le festival cinématographique de cette année mettent l’accent sur les difficultés et les opportunités que nous rencontrons pour protéger nos forêts et renforcer les moyens de subsistance des peuples autochtones ainsi que des communautés locales. Investir dans la protection et la restauration des écosystèmes forestiers, c’est essentiel pour réduire la pauvreté et les inégalités. Dans le même temps, cela permet de faire face à la double crise nature/climat, dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et de la Décennie d’action pour atteindre les objectifs de développement durable », a déclaré Haoliang Xu, Sous-secrétaire général et Directeur du Bureau des politiques et de l’appui aux programmes du PNUD.

« Sélectionné par plus de 100 juges, qui ont visionné plus de 750 heures de film, cet ensemble de films présente cinquante histoires extraordinaires sur les forêts et les communautés du monde entier. Tout au long de l’Histoire de l’humanité, ce sont les histoires qui nous ont rapprochés, les uns avec les autres et avec le monde que nous partageons », a déclaré Lisa Samford, Directrice générale de Jackson Wild. « Ce partage est plus important que jamais auparavant. Les médias sont en mesure d’accélérer la mise en place de moyens tangibles de travailler ensemble à la restauration et à la protection de notre planète en cette période si cruciale. »

Finalistes du festival cinématographique organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage 2021 :

Peuples et forêts (longs métrages) :
Australia's Great Wild North (Australie : le Grand Nord sauvage)
Wild Pacific Media, Definition Films

Backyard Wilderness (La nature sauvage à sa porte)
Archipelago Films, Arise Media, HHMI Tangled Bank Studios, SK Films et Reconsider

Call of the Forest: The Forgotten Wisdom of Trees (L’appel de la forêt : la sagesse oubliée des arbres)
Merit Motion Pictures, Edgeland Films

Judi Dench's Wild Borneo Adventure: Untouched and Under Threat (L’aventure de Judi Dench dans le Bornéo sauvage : inviolé mais menacé)
Atlantic Productions for discovery+

Peuples et forêts (courts métrages) :
The Church Forests of Ethiopia (Les églises-forêts d’Éthiopie)
Emergence Magazine

Traces (Traces)
Alchimie Productions, Sébastien Pins

Water Logged (Gorgés d’eau)
Ramshackle Pictures

Ma forêt (longs métrages) :
Death by a Thousand Cuts (La mort des mille coupures)
Participant et Documentales Univision présentent une production Tarasios, en partenariat avec Human Pictures

Fools & Dreamers: Regenerating a Native Forest (Fous et rêveurs : régénérer une forêt indigène)
Happen Films

Great Bear Rainforest (La forêt pluviale de Great Bear)
Spirit Bear Entertainment & MacGillivray Freeman Films

Mundiya Kepanga, the voice of the forest (Mundiya Kepanga, la voix de la forêt)
ARTE France et Muriel Barra/Lato Sensu productions

Sacred Forest (Forêt sacrée)
Taiwan Public Television Service Foundation

Ma forêt (courts métrages)
Arunachal Virtual Archive (Archives virtuelles de l’Arunachal)
National Geographic Society, Arunachal Pradesh Forest Department

The Guardians of Dampa (Les gardiens de Dampa)
Green Hub (NEN - DFF), Dampa Tiger Reserve

Think Like a Scientist: Renewal (Pensez comme un scientifique : le renouveau)
Plumb Productions, HHMI Tangled Bank Studios

Ulin (Ulin)
Leo Plunkett, Environmental Investigation Agency

Avenir des forêts (longs métrages) :
After the Wildfires (Après les incendies)
Northern Pictures for ABC, CBC, Love Nature et Blue Ant International

Eyes In The Forest (Des yeux dans la forêt)
Google VizLab

River of Gold (Une rivière d’or)
Une production Amazon Aid Foundation, en partenariat avec Uber Content

The Lost Forest (La forêt perdue)
Le prix Nobel, Grain Media, Rideback Films, National Geographic

Trees, a Global Superpower (Le génie des arbres)
Hauteville Productions en coproduction avec l’INRAE, avec la participation de France Télévisions, Planète +, CNC, Procirep/Angoa. Ventes internationales : France TV distribution

Avenir des forêts (courts métrages) :
How Old Cell Phones Are Protecting the Rainforest (Comment nos vieux téléphones portables protègent les forêts pluviales)
Seeker Media

How To Get Grizzly Bears the Space They Need to Survive (Comment donner aux grizzlis l’espace dont ils ont besoin pour survivre)
Seeker Media

Our Planet - How to Restore Our Forests (Notre planète - Comment restaurer nos forêts)
Silverback Films, Netflix, WWF UK

Reforestation Alert (Alerte au reboisement)
If Not Us Then Who

Forêts vivantes (longs métrages) :
Earth's Tropical Islands: Borneo (Les îles tropicales de la Terre : Bornéo)
BBC Studios Natural History Unit, PBS

Planet Earth II: Jungles (Planète Terre II : la jungle)
BBC Studios Natural History Unit, BBC America, ZDF, Tencent, France Televisions

The Magical Four - Our Seasons (Les Quatre Magiques — Nos Saisons)
Marco Polo Film AG, en partenariat avec WDR

Tiny World - Woodland (Un monde minuscule - Dans les bois)
Plimsoll Productions

Unknown Madagascar - Forest of the Indri (Madagascar inconnu - La forêt des indris)
Doclights GmbH / NDR Naturfilm, NDR, ARTE, ORF

Forêts vivantes (courts métrages) :
Chasing Ghosts (La chasse aux fantômes)
Grizzly Creek Films, bioGraphic

Memories of the Future (Souvenirs du futur)
Une production Mares Mexicanos

Protecting Nature for Good (Protéger la nature pour de bon)
Day’s Edge Productions pour le Fonds mondial pour la nature

The Golden Lion Tamarins of Poco Das Antas (Les tamarins-lions dorés de Poco Das Antas)
National Geographic Society

Micro-métrages sur les forêts :
#WildForLife Forest Champion : Mount Kenya Trust (#SauvagePourLaVie Champion des forêts : le Mount Kenya Trust)
UN Environment, PCI Media

Gajah Borneo (Gajah Bornéo)
Shervin Hess, zoo de l’Oregon

Koa Talking to Me (Le koa me parle)
Harpers Ferry Center & Haleakalā National Park, National Park Service

The Man Who Planted A Forest (L’homme qui planta une forêt)
101India Digital Services

Les films ayant reçu une mention honorable sont notamment : Alianza Ceibo, lauréat du prix Équateur 2020 (Initiative Équateur du PNUD, What Took You So Long), Can Farms and Forests Coexist? (Les fermes et les forêts peuvent-elles coexister ? Une production Spotzen pour PBS Digital Studios), Fracas (Rémi Rappe), Eeya (House Tiger Productions), If We Plant 1 TRILLION Trees Can We Stop Climate Change? (Si l’on plantait un BILLION d’arbres, pourrait-on arrêter le changement climatique ? Une production Spotzen pour PBS Digital Studios), Jungle Guardian (Gardien de la jungle, Doclights GmbH/NDR Naturfilm), Moss Man (L’homme mousse, Tilapia Film, Topic Studio), Primary Forests (Forêts primaires, Rojo Visuals et Wild Heritage for IntAct - International Action for Primary Forests), Rearing Giants (Élever des géants, Green Hub [NEN - DFF]), Rise of the Warrior Apes (La planète des singes guerriers, KEO Films for Discovery Network International), Sungai Utik - The Fight for Recognition (Sungai Utik - La lutte pour la reconnaissance, If Not Us Then Who), The Ogieks, Guardians of the Mau Forest (Les Ogieks, gardiens de la forêt Mau, Maurice Oniang'o)

Pour plus d’informations, et pour organiser des interviews, veuillez contacter :

Programme des Nations Unies pour le développement : Sangita Khadka, +212 906 5043, sangita.khadka [at] undp.org

Secrétariat CITES : Francisco Pérez, +41 22 917 1447, francisco.perezgonzalez [at] cites.org

Jackson Wild : Abbey Greene, +1 307 200 3286, abbey [at] jacksonwild.org

Pour organiser des projections gratuites dans votre communauté, veuillez contacter :

Melanie Judd, (307) 200-3286 ext. 4, melanie [at] jacksonwild.org

---

À propos de la CITES

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) a été adoptée le 3 mars 1973 et est entrée en vigueur le 1er juillet 1975. Avec 183 États membres (182 pays auxquels s’ajoute l’Union européenne), la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce international de près de 38 000 espèces de plantes et d’animaux sauvages. Partout dans le monde, les peuples utilisent des espèces inscrites à la CITES dans leur vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que sous forme de souvenirs touristiques, de cosmétiques ou de vêtements. La CITES s’efforce de veiller à ce que le commerce international de ces espèces soit durable, légal et traçable et contribue aussi bien aux moyens d’existence des populations locales qui vivent au plus près d’elles qu’à l’économie des différents pays, de manière à préserver la santé de la planète et le bien-être des populations, dans le respect des Objectifs de développement durable des Nations Unies.

À propos du PNUD

Le PNUD est le principal organisme des Nations Unies qui lutte pour mettre fin à l’injustice de la pauvreté, des inégalités et des changements climatiques. En travaillant avec un vaste réseau d’experts et de partenaires dans 170 pays, il aide les nations à construire des solutions intégrées et durables pour les peuples et la planète. Pour plus d’informations, consulter le site ou suivre @UNDP.

À propos de Jackson Wild

Depuis près de 30 ans, le « Jackson Wild Summit » est réputé pour accueillir un formidable aréopage de scientifiques, spécialistes de la conservation de la nature et professionnels des médias. Le « World Wildlife Day Film Showcase » rassemble des parties prenantes du monde entier autour d’un thème global unique. Le conseil d’administration de Jackson Wild compte entre autres membres internationaux : ARTE France, BBC Studios, Blue Ant Media/Love Nature, Borealés, Conservation International, Discovery, Doclights, FujiFilm Optical Devices - Fujinon Lenses, Gorongosa Restoration Project, HHMI Tangled Bank Studios, Humane Society International, International Fund for Animal Welfare, National Geographic Partners, National Geographic Society, Nature/WNET, Netflix, Off the Fence Productions, ORF/Universum, PBS, Saint Thomas Productions, San Diego Zoo, Seeker, Smithsonian Channel, Sony Electronics, SVT - Swedish Television, The Nature Conservancy, Terra Mater Factual Studios, Vulcan Productions, Wanda Films, WGBH, et World Wildlife Fund US.

À propos de la Journée mondiale de la vie sauvage établie par les Nations Unies

Le 20 décembre 2013, la 68e session de l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 3 mars « Journée mondiale de la vie sauvage » pour célébrer et faire connaître la faune et la flore sauvages de la planète. Cette date est le jour de la signature de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) en 1973. La Journée mondiale de la vie sauvage est rapidement devenue le plus important des événements annuels mondiaux consacrés aux espèces sauvages. C’est l’occasion de célébrer la faune et la flore sauvages pour la beauté et la diversité de leurs multiples formes, et de sensibiliser l’opinion publique aux différents défis auxquels ces espèces sont confrontées. Cette journée nous rappelle également qu’il est urgent d’intensifier la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, qui a des répercussions économiques, environnementales et sociales de grande ampleur.