Allocution d’ouverture du Secrétaire général de la CITES lors de l’atelier des États des aires de répartition des pangolins

M. John E. Scanlon, Secrétaire général de la CITES

Da Nang, Viet Nam

24 au 26 juin 2015

 

M. le Vice-Ministre Dr Ha Cong Tuan, l’Agriculture et du Développement rural du Gouvernement du Viet Nam

Mme Claire Pierangelo, Chef de mission adjointe à l’Ambassade des États-Unis au Viet Nam

M. le Président de la province de Da Nang, Viet Nam

M. le représentant de l’organe de gestion CITES du Viet Nam

Mesdames et Messieurs, chers amis et collègues

Nous sommes très reconnaissants envers le Gouvernement du Viet Nam et la province de Da Nang d’accueillir ce premier atelier des États des aires de répartition des pangolins, envers le Gouvernement des États-Unis de son accueil conjoint, et envers US Fish & Wildlife Service de son généreux soutien financier.

Je tiens également à souligner l’appui qui nous vient de nombreuses organisations non-gouvernementales et d’experts individuels qui offrent si généreusement leur temps et leur expertise pour cet atelier.

Nous sommes ravis d’apporter un soutien fort à cet événement, qui est consacré à des espèces peu connues mais néanmoins extraordinaires et méritant d’être sous le feu des projecteurs.

-----

La CITES est l’instrument juridique mondial majeur pour réglementer le commerce international des espèces sauvages, dont les pangolins (Manis spp.) ; et les 8 espèces de pangolins sont toutes inscrites à l’Annexe II de la CITES depuis 1975.

Quatre de ces espèces vivent en Afrique, et quatre en Asie - et en 2000, l’inscription à l’Annexe II des quatre espèces de pangolins d’Asie a été amendée pour préciser, et je cite : « un quota d’exportation zéro a été établi pour les spécimens prélevés dans la nature pour des transactions principalement commerciales ».

Il n’existe pas de telle annotation pour les quatre espèces d’Afrique. En tant que tel, le commerce international de spécimens sauvages de ces espèces peut avoir lieu s’il se conforme aux exigences réglementaires strictes de la CITES pour assurer que ce commerce est légal, durable et traçable.

-----

Cependant, la réalité est préoccupante car toutes les populations de pangolins sauvages sont maintenant en déclin, et les 8 espèces sont menacées à divers degrés. Les menaces proviennent de la dégradation des habitats, de la surexploitation pour le commerce de leurs écailles et de leur chair, et du commerce illégal qui semble se produire à une échelle industrielle.

À la lumière de ces menaces, lors de la 16e session de la Conférence des Parties à la CITES tenue à Bangkok en 2013, tous les États des aires de répartition des quatre espèces de pangolins d’Asie ont été invités à compiler des informations sur la conservation de ces espèces et sur le commerce illicite dont elles font l’objet, ainsi que sur leurs efforts pour faire face à un tel commerce.

Ces informations ont été transmises au Comité permanent de la CITES lors de sa 65e session en 2014, au cours de laquelle le Secrétariat a observé que le commerce illégal des spécimens de pangolins augmentait à un rythme alarmant. Le Comité permanent a ensuite décidé de créer un groupe de travail intersession, qui accorde une attention sérieuse aux menaces auxquelles font face les pangolins d’Asie et d’Afrique.

-----

Les problèmes que vous aborderez dans les prochains jours concernent des questions distinctes, mais étroitement liées, portant sur la biologie, la gestion et la lutte contre la fraude relatives aux pangolins. Cela comprend notamment des questions spécifiques telles que :

  • comment recueillir de meilleures données sur l’état des populations afin d’encourager la conservation des pangolins ;
  • comment établir un dialogue avec les fournisseurs et les consommateurs afin de veiller à ce que l’ensemble du commerce international des pangolins, lorsqu’il a lieu, soit conforme aux exigences de la CITES et soit donc légal, durable et traçable ; et
  • comment éviter le commerce non durable des pangolins d’Afrique et lutter contre le commerce illégal en Asie et en Afrique ainsi qu’entre les deux continents.

Les participants réunis à Da Nang aujourd’hui viennent de tous les États des aires de répartition d’Afrique et d’Asie. Avec la collaboration des experts œuvrant au sein des gouvernements et en dehors, nous avons réuni les personnes les mieux qualifiées de la planète en un même endroit pendant trois jours pour nous aider à relever ces défis ; et j’espère que vous ferez le meilleur usage de cette occasion unique.

J’aurais aimé me joindre à vous pour cette rencontre historique, et profiter de l’hospitalité chaleureuse et généreuse de notre Gouvernement hôte, le Viet Nam, mais cela n’a pas été possible. Toutefois, nous sommes très bien représentés par notre collègue Mme Pia Jonsson, Administratrice de la CITES chargée de l'appui à la lutte contre la fraude.

-----

Permettez-moi de conclure en exprimant à nouveau notre profonde gratitude aux Gouvernements du Viet Nam et des États-Unis, et à toutes les ONG et tous les experts participants, pour porter aux pangolins l’attention qu’ils méritent ; et nous attendons tous avec impatience vos conclusions et recommandations.

Je vous remercie.

 

Liens utiles : 

 

Voir aussi:

CITES 65th meeting of the Standing commitee document 27.1,

  • Annex 1: Information of pangolins to be submitted for the SC65 
  • Annex 2: Report on Status and Conservation of Asian Pangolin species in Pakistan
  • Annex 3: Data on seizures of illegal trade in Asian pangolins (2013 to present)
  • Annex 4: Analysis of seizure data for Manis spp.
  • Addendum : Conservation of and illegal trade in Pangolin (Manis javanica, Desmarest, 1822) in Indonesia