Une publication conjointe OMC/ CITES marque 20 ans de coopération en faveur du développement durable.

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.
 
      
 
 
 COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT
 

Une publication conjointe OMC/ CITES marque 20 ans de coopération en faveur
du développement durable.

Genève, 22 juin 2015 – Les relations entre l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) offrent un excellent exemple de la façon dont des régimes internationaux portant sur le commerce mondial et l’environnement peuvent se soutenir mutuellement et entretenir une coopération fructueuse au service d’objectifs communs. C’est ce qu’on peut lire dans une nouvelle publication lancée le 22 juin 2015 par l’OMC et la CITES.

La publication CITES and the WTO: Enhancing Cooperation for Sustainable Development (La CITES et l’OMC : Renforcer la coopération en faveur du développement durable) a été présentée conjointement aujourd’hui au siège de l’OMC a Genève par M. Azevêdo, Directeur général de l’OMC et M. John Scanlon, Secrétaire général de la CITES.

Dans la préface qu’ils ont cosignée, M. Scanlon et M. Azevêdo observent : "Dans cette année charnière pour le développement durable, nous devons garder à l’esprit la nécessité de renforcer sans relâche la coopération multilatérale et transversale pour lever des défis mondiaux qui sont de plus en plus interconnectés." 

Mr Azevêdo a déclaré : “Pour bien comprendre la collaboration de l’OMC avec la CITES, il convient de la replacer dans le contexte de ce que les fondateurs de l’OMC avaient vu très clairement il y a vingt ans, à savoir que le bien-être des sociétés est très étroitement lié à la santé des économies et des habitats. Au cours des ans, la CITES et l’OMC ont trouvé des façons pragmatiques de collaborer pour aider les pays à identifier et exploiter les situations gagnantes tant pour le commerce que pour l’environnement et le développement. La CITES et l’OMC incarnent toutes deux la conviction que le multilatéralisme et l’état de droit sont indispensables pour relever les défis qui dépassent les frontières nationales. Ceci, associé à notre philosophie commune de la transparence, fait de nous des partenaires naturels pour aider à répondre concrètement à l’aspiration générale au développement durable. " 

"Le développement durable reste un chantier en cours. Il existe de nombreuses possibilités encore non exploitées susceptibles de se révéler gagnantes à la fois pour le commerce, l’environnement et le développement. Nous devons donc continuer de renforcer la collaboration entre nos deux organisations, guidés par la nécessité de soutenir les pays, en particulier les moins développés, à tirer pleinement parti des avantages qui s’offrent à eux. "

S’exprimant sur le caractère spécifique de la CITES en tant qu’accord juridiquement contraignant qui veille à ce que les animaux et les plantes sauvages ne soient pas exploitées de façon non durable du fait du commerce international, M. Scanlon a déclaré : "Depuis quarante ans, la CITES coexiste harmonieusement avec l’OMC et avec l’organisation qui l’a précédée, l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Au cours des vingt dernières années,  il n’y a pas eu un seul différend avec l’OMC qui mettre directement en cause une mesure de la CITES relative au commerce."

"Dans cette année charnière pour le développement durable, le moment est bien choisi pour parler des relations harmonieuses que nous avons entretenues au cours des dernières décennies et pour accueillir les promesses d’une collaboration plus étroite grâce à une amélioration du dialogue sur l’information et les politiques, de  l’assistance technique et du renforcement des capacités. Nous consacrons beaucoup de temps à analyser ce qui ne fonctionne pas bien, mais prenons rarement le loisir de faire une pause pour célébrer ce qui fonctionne et les raisons du succès. Aujourd’hui, nous nous arrêtons quelques instants pour souligner ce que la CITES et l’OMC ont accompli ensemble au cours des 20 dernières années, et sur les bénéfice que représentent pour les pays les efforts que nous déployons collectivement afin d’apporter une réponse cohérente et efficace à des défis mondiaux de plus en plus interconnectés" , a ajouté M. Scanlon.

Note aux rédacteurs : Pour plus d’informations, veuillez contacter Liu Yuan au +41 22 917 8130 ou yuan.liu@cites.org

Au sujet de la CITES

Avec 181 Parties, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages. Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que pour l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode.

La CITES règlemente le commerce international de près de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.

La CITES a été adoptée à Washington D.C. le 3 mars 1973.

Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes :

www.facebook.com/CITES
www.twitter.com/CITES
www.youtube.com/c/CITES
www.flickr.com/CITES