Une opération réussie témoigne du renforcement de la coopération internationale dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages

 

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

Une opération réussie témoigne du renforcement de la coopération internationale dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages
 

Genève, 18 juin 2015 – Le Consortium international de lutte contre la  criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC) a salué aujourd’hui les succès obtenus au cours de l’opération COBRA III, une initiative internationale  de lutte contre la fraude menée en mai 2015 dans le but de combattre la criminalité liée aux espèces sauvages  et de traduire en justice les malfaiteurs impliqués.

L’opération COBRA III a débouché sur 139 arrestations et plus de 247 saisies portant notamment sur de l’ivoire d’éléphants, des plantes médicinales, des cornes de rhinocéros, des pangolins, du bois de rose, des tortues et de nombreux autres spécimens de plantes et d’animaux.  Parmi les grands succès à mettre au compte de cette opération, mentionnons l’arrestation d’un ressortissant chinois coordonateur présumé de la contrebande de corne de rhinocéros depuis la Namibie et celle d’un braconnier d’éléphants notoire en Inde, ainsi que la saisie de 340 défenses d’éléphants et de 65 cornes de rhinocéros au Mozambique. Plus de 50 000 objets provenant d’espèces sauvages ont été saisis au Royaume Uni, ainsi que 10 000 en Autriche et 5 000 en Allemagne, dont d’importantes quantités de gélules de compléments alimentaires contenant des produits illégaux d’espèces sauvages. Des objets illégaux ont également été saisis en grand nombre en Chine, à Singapour et en Afrique du Sud. Au total, 37 pays ont signalé avoir effectué des saisies et/ou des arrestations au cours de cette opération.

"Le succès de l’opération Cobra a mis en lumière l’ampleur et la complexité des réseaux criminels qui tirent profit du trafic des espèces sauvages dans le monde entier. Tout en félicitant les pays concernés pour ces saisies,  j’espère qu’une priorité équivalente sera accordée aux poursuites judiciaires et aux enquêtes reposant sur le renseignement, qui constituent les étapes suivantes indispensables. Il est essentiel de garder présent à l’esprit que seul un réseau peut nous permettre de venir à bout de ces réseaux," a déclaré M. Yury Fedorov, Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

La coopération multilatérale et les efforts collectifs sont au cœur de l’opération, organisée par les réseaux régionaux de lutte contre la fraude et les organisations intergouvernementales sous l’égide du bureau régional du Réseau de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN-WEN). Des agents des douanes, des forces de police, de la protection des forêts et des espèces sauvages et d’autres organes de lutte contre la fraude de 62 pays d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe ont œuvré en étroite collaboration pour combattre le commerce illégal  d’espèces sauvages. 

M. John Scanlon, Secrétaire général de la CITES, a déclaré : “ l’opération COBRA III offre un très bel exemple de la nécessaire collaboration entre diverses organisations, agences et disciplines dans le combat contre la criminalité transnationale liée aux espèces sauvages. Il est particulièrement encourageant de voir les organes de lutte contre la fraude coopérer dans l’ensemble des pays d’origine, de transit et de destination pour lutter contre cette forme grave de criminalité, ce qui augmente les chances de détecter les infractions et de traduire leurs auteurs en justice.”

L’ICCWC a apporté une contribution importante à l’opération COBRA III en fournissant un soutien financier, opérationnel et technique. Une généreuse subvention accordée par la Commission Européenne à l’ICCWC a permis au consortium de financer la création et le fonctionnement d’une équipe internationale de coordination  à Bangkok dont le personnel est constitué de représentants des pays partenaires de l’opération ainsi que des réseaux de lutte contre la fraude et des organisations intergouvernementales compétentes. La présence de cette équipe a grandement favorisé la coopération et le partage d’informations, et donné à des agents de la lutte contre la fraude la possibilité de travailler aux côtés de leurs homologues d’autres pays sur les affaires identifiées. CENcomm, l’outil de communication crypté et  sécurisé de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) a permis aux enquêteurs d’échanger des renseignements en temps réel, et de repérer et surveiller des cargaisons suspectes, des braconniers et des trafiquants d’espèces sauvages.

“ Le braconnage des espèces sauvages continue de menacer d’extinction de nombreuses espèces en péril. Des opérations collectives de lutte contre la fraude comme celle-ci sont essentielles pour lutter contre ces activités ignobles et pour faire prendre conscience de l’ampleur du problème. Je tiens à féliciter les autorités douanières et les autres organes qui, sur le terrain, font la différence dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, ” a déclaré M. Kunio Mikuriya, Secrétaire général de l’OMD.

INTERPOL, au nom de l’ICCWC, a coordonné le soutien du consortium au cours de l’opération COBRA III.  “Dans ce combat, la collaboration internationale est la préoccupation première du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages. C’est grâce à des initiatives comme l’opération COBRA III que l’ICCWC peut apporter soutien et conseils aux Etats pour les aider à établir des priorités dans les enquêtes transnationales sur des infractions liées aux espèces sauvages, à renforcer l’efficacité de leurs actions de lutte contre la fraude, et à assurer un bon suivi des enquêtes, ” a déclaré M. Cees Van Dujin, coordinateur des projets sur la biodiversité au sein de l’unité d’INTERPOL chargée de la sécurité environnementale.

Des agents d’INTERPOL, du Bureau régional de liaison chargé du renseignement (BRLR) de l‘OMD pour l’Asie du Sud-Est et du BRLR pour l’Afrique orientale et australe on travaillé avec les organes nationaux de lutte contre la fraude et les réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages au sein de l’équipe internationale de coordination de Bangkok. Le Secrétariat de la CITES a appuyé l’opération depuis son bureau de Genève et des analystes de l’ONUDC ont été déployés pour aider à la collecte et à l’analyse des données.

M. Vatanarak Suranartyuth, directeur du bureau régional du WEN de l’ASEAN observé : “L’opération COBRA III doit son succès à l’engagement de tous les partenaires à échanger des renseignements et à s’attaquer au commerce illégal des espèces sauvages dans l’ensemble des pays d’origine, de transit et de destination. ” M. Vatanarak Suranartyuth a ajouté : “notre action qui cible la criminalité organisée liée aux espèces sauvages repose sur une coopération et une coordination étroites grâce à l’équipe internationale de coordination ; nous assurerons le suivi de nos enquêtes”.

A mesure que progressent les enquêtes de suivi résultant de l’opération, il devrait être procédé à de nouvelles arrestations et poursuites judiciaires.

Note aux rédacteurs:

Prière de noter que le nombre de saisies et d’arrestations indiqué ci-dessus ne tient compte que de celles qui ont été réalisées au cours de la période opérationnelle. Les données de la phase pré-opérationnelle n’ont pas été inclues.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Liu Yuan au +41 22 917 8130 ou yuan.liu@cites.org.

Liens utiles : 

 

Au sujet de la CITES

Avec 181 États membres, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages. Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que pour l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode.

La CITES règlemente le commerce international de près de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable..

La CITES a été adoptée à Washington D.C. le 3 mars 1973.
 
Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes:

www.facebook.com/CITES
www.twitter.com/CITES
www.youtube.com/c/CITES
www.flickr.com/CITES

À propos de l’ ICCWC

L’ICCWC est une action menée en collaboration par cinq organisations intergouvernementales qui œuvrent à fournir un appui coordonné aux agences nationales de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages et aux réseaux régionaux et subrégionaux qui, jour après jour, agissent pour défendre les ressources naturelles. Les partenaires de l’ICCWC sont la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), INTERPOL, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale des douanes.

La mission de l’ICCWC est d’entrer dans une ère nouvelle où les auteurs de délits graves contre les espèces sauvages devront faire face à une réaction formidable et coordonnée, alors qu’actuellement, le risque de détection et de sanction est trop faible.

Dans ce contexte, l’ICCWC travaille pour et avec les milieux de la lutte contre la fraude, puisque ce sont les agents travaillant en première ligne qui finissent par amener devant la justice les criminels impliqués dans ces délits.

L’ICCWC cherche à soutenir un développement de la lutte contre la fraude qui s’appuie sur des politiques axées sur des ressources naturelles durables, au plan social et environnemental, en tenant compte de la nécessité de soutenir les communautés rurales pauvres et marginalisées pour qu’elles conservent leurs moyens d’existence.

Pour en savoir plus sur l’ICCWC, veuillez consulter http://www.cites.org/fra/prog/iccwc.php