Le lauréat du concours photo organisé pour la Journée mondiale de la vie sauvage récompensé au siège des Nations Unies

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le lauréat du concours photo organisé pour la Journée mondiale de la vie sauvage récompensé au siège des Nations Unies

Un événement de haut niveau centré sur la lutte contre le commerce illicite des espèces sauvages et l’implication et la responsabilisation des jeunes pour la conservation de la vie sauvage

Genève/New York, 3 mars 2017 - Le Secrétariat de la Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), chargé de faciliter la mise en œuvre de la Journée mondiale de la vie sauvage (WWD), a révélé aujourd’hui, au siège des Nations Unies à New York que Gabor Li, de Hongrie, est le gagnant du grand prix du concours photo de la Journée mondiale de la vie sauvage 2017.

Le Secrétaire général de la CITES, John E. Scanlon et le Directeur adjoint du l’US Fish & Wildlife Service, Bryan Arroyo, ont remis son certificat au lauréat lors d’un événement de haut niveau célébrant la Journée, sous l’égide du Président de l’Assemblée générale de l’ONU.

La Journée mondiale de la vie sauvage 2017 a mis l’accent sur la motivation, l’implication et la responsabilisation de la jeunesse face aux questions de conservation des espèces sauvages et le concours photo, sur le thème ‘Par les yeux de la jeunesse’, invitait les jeunes de 10 à 24 ans du monde entier à présenter leurs photographies de la vie sauvage. Le concours a connu un énorme succès avec plus de 500 participants issus de la jeunesse sur tous les continents.

Lauréat : ‘Le Diamant bleu’ – Gàbor Li, Hongrie

Gàbor Li, lycéen de 17 ans, est le lauréat du concours avec la photographie intitulée Le Diamant bleu. Gàbor a pris ses premières photos à l’âge de 7 ans. Sa passion pour la photographie s’est affirmée durant l’adolescence. Sa vaste collection d’images témoigne bien de son amour pour la nature et la vie sauvage, et sa détermination à immortaliser la splendeur des multiples espèces du monde est tout à fait admirable.

En tant que lauréat, Gàbor a été invité à assister à la principale célébration de la Journée mondiale de la vie sauvage,au siège des Nations Unies à New York. Le concours photo était organisé par le Secrétariat CITES.

Le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon, a déclaré : “Nous sommes ravis d’accueillir le lauréat du concours de la Journéemondiale de la vie sauvage,Gàbor, aujourd’hui à New York,. Sa photographie montre qu’il a l’œil aiguisé et un talent manifeste pour la photographie. Il est très encourageant de constater un tel intérêt pour photographier la vie sauvage depuis un si jeune âge et son engagement pour célébrer la splendeur des multiples formes de la vie sauvage”.

“Ce concours photo avait pour objectifs de motiver et galvaniser la jeunesse en faveur de la protection de la vie sauvage contre la menace d’extinction, et la photographie de Gàbor est une source inspiration pour nous tous. Nous remercions les jeunes pour toutes ces photos magnifiques que nous avons reçues et s’il ne peut y avoir qu’un lauréat, nous pouvons tous nous faire les champions de la vie sauvage,” a ajouté M. Scanlon.

Le Président de l’Assemblée générale de l’ONU, M. Peter Thomson, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, Mme Amina Mohammed, la Ministre de l’environnement d’Afrique du Sud, Mme Edna Molewa, le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, M. Yuri Fedotov, et d’autres personnalités étaient présents aujourd’hui à la manifestation célébrant ce jour particulier sur le calendrier de l’ONU, puisque c’est le jour de l’adoption de la convention CITES, en 1973.

Au cours des quatre dernières décennies, notre planète a perdu au moins 50 pour cent de sa faune et de sa flore sauvage – et même plus dans certaines régions – en raison de l’impact du changement climatique, de la perte d’habitat, de la surexploitation, du braconnage et du commerce illégal, ces deux derniers facteurs représentant la menace la plus immédiate contre les espèces emblématiques mais aussi les espèces moins en vue. Lors de cette manifestation, les États membres et les organisations internationales ont débattu des défis et des progrès accomplis dans la lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages mais aussi de l’implication et de la responsabilisation de la jeunesse pour la conservation de la vie sauvage.

En quatre ans seulement, la Journéemondiale de la vie sauvageest devenue l’événement annuel mondial le plus important consacré à la vie sauvage et elle a joué un rôle clé pour l’adoption de certaines décisions essentielles pour la protection des espèces sauvages.

La carte ci-dessus rassemble les manifestations annoncées par les différents pays.

Pour les questions de la presse, veuillez contacter :

Yuan Liu àyuan.liu@cites.org, Amy Reid à amy.reid@cites.org

###

Les 10 finalistes du concours photo sont ici.

La galerie complète des photographies est aussi disponible ici.

###

Plus d’informations à : http://wildlifeday.org

###

À propos de la Journée mondiale de la vie sauvage de l’ONU

Le 20 décembre 2013, la 68e session de l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de proclamer le 3 mars Journée mondiale de la vie sauvage afin de célébrer la faune et la flore sauvages et de sensibiliser le public à leur importance. Cette date fait référence au 3 mars 1973, jour de l’adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) qui joue un rôle important en veillant à ce que le commerce international ne menace pas la survie des espèces sauvages.

La Journée mondiale de la vie sauvage est l’occasion de célébrer les formes les plus belles et les plus variées de la faune et de la flore sauvages, et de faire connaître les multiples avantages que la protection de ces espèces sauvages procure aux hommes. Cette journée nous rappelle également la nécessité urgente de renforcer la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages qui a de forts impacts économiques, environnementaux et sociaux.

Au sujet de la CITES

Avec 183 États membres, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages. Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que pour l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode.
 
La CITES règlemente le commerce international de près de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.
 
La CITES a été adoptée à Washington D.C. le 3 mars 1973.
 
Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes

www.facebook.com/CITES
www.twitter.com/CITES
www.youtube.com/c/CITES
www.flickr.com/CITES
www.linkedin.com/company/cites-org