L’ONU émet des timbres pour célébrer la Conférence mondiale des espèces sauvages alors que la #CoP17 débute en Afrique du Sud

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’ONU émet des timbres pour célébrer la Conférence mondiale des espèces sauvages alors que la #CoP17 débute en Afrique du Sud
 

Genève/Johannesburg, 24 septembre 2016 : L’Administration postale des Nations Unies a publié aujourd’hui 12 timbres pour coïncider avec la 17esession de la Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), connue sous le nom de CoP17 de la CITES, ou Conférence mondiale des espèces sauvages, qui se tiendra à Johannesburg (Afrique du Sud), du 24 septembre au 5 octobre 2016.

Les timbres célèbrent la CoP17 de la CITES avec 12 espèces animales et végétales vivant en Afrique, dont le pangolin terrestre du Cap, le lion, le gorille de montagne et le rhinocéros blanc qui figurent en haut de l’ordre du jour de la session. 

L’Afrique abrite une riche diversité d’animaux et de plantes sauvages, et notamment certaines des espèces les plus admirées au monde. Cependant, la disparition des habitats et le braconnage entraîné par le trafic - ce dernier étant la menace la plus immédiate pour certaines espèces - ont décimé au cours des dernières années à la fois des espèces charismatiques comme le rhinocéros et l’éléphant, et des espèces moins connues telles que les pangolins. Certaines de ces espèces sont représentées sur les timbres émis aujourd’hui. La CoP17 réunit les gouvernements du monde entier et une large communauté de parties prenantes dans le plus grand rassemblement que la Convention ait connu jusqu’à présent, afin de résoudre ces problèmes, non seulement en Afrique, mais à l’échelle mondiale.

Commentant la publication de cette édition spéciale de timbres des Nations Unies sur les espèces en danger d’extinction, le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon, a déclaré : « Cela fait presque deux décennies qu’un pays africain n’avait pas accueilli une session de la Conférence des Parties à la CITES. Tous les yeux seront tournés vers l’Afrique du Sud et vers la CITES au cours des deux semaines à venir alors que les 182 Parties à la Convention (181 pays et l’Union européenne) prendront des décisions cruciales qui toucheront l’avenir de certaines des espèces sauvages les plus précieuses du monde. Depuis juillet, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté deux résolutions sur la lutte contre le trafic des espèces sauvages. Il est donc tout à fait opportun que l’Administration postale des Nations Unies émette ces timbres spéciaux pour sensibiliser le public à la conservation des espèces sauvages et pour marquer la CoP17 de la CITES. »

M. Thanawat Amnajanan, Chef de l’Administration postale des Nations Unies, a déclaré : « L’Administration postale des Nations Unies (APNU) travaille avec la CITES sur sa série de timbres sur les espèces en danger d’extinction depuis plus de vingt ans. L’Organisation des Nations Unies a l’honneur d’émettre cette édition spéciale de timbres sur les espèces en danger intitulée « Eye on Africa » pour célébrer et soutenir le travail important de la CITES et pour promouvoir sa CoP17. Nous souhaitons à tous les participants et les organisateurs que cet événement soit productif et réussi. »

Les 12 espèces d’animaux et de plantes sauvages figurant sur la série « Eye on Africa - CITES CoP17 » sont :

  • l’addax (Addax nasomaculatus)
  • le lion d’Afrique (Panthera leo)
  • Avonia Quinaria
  • le pangolin terrestre du Cap(Smutsia temminckii)
  • le Vautour chassefiente (Gyps coprotheres)
  • Disa uniflora
  • la Grue royale (Balearica regulorum)
  • Mantella madagascariensis
  • le gorille de montagne (Gorilla beringei)
  • le crocodile du Nil (Crocodylus niloticus)
  • Mystacidium capense
  • le rhinocéros blanc (Ceratotherium simum)

Il s’agit de la 23e édition de timbres des Nations Unies portant sur les espèces en danger depuis le lancement en 1993 de cette série mettant en vedette chaque année des espèces CITES.

La prochaine édition des timbres de l’ONU sur les espèces devrait être publiée le 3 mars, jour de la signature de la CITES en 1973, qui est maintenant devenu la Journée mondiale de la vie sauvage de l’ONU.

Ces timbres, ainsi que d’autres produits de l’APNU, peuvent être achetés sur unstamps.org. Vous pouvez également visiter les boutiques de timbres de l’APNU à New York, Genève et Vienne, ou suivre l’APNU sur Facebook, Twitter, Pinterest et Instagram.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Liu Yuan (tél : +41 79 652 0108 ou courriel :yuan.liu@cites.org) ou Victoria Holdsworth (courriel :victoria.holdsworth@cites.org).

Quelques faits en bref :

L’addax est une espèce d’antilope en danger critique d’extinction qui vit dans le désert du Sahara. Elle est inscrite à l’Annexe I de la CITES depuis 1983.

Disa uniflora est l’une des espèces d’orchidées les plus connues, et pousse en d’Afrique du Sud. En anglais, elle est également appelée red disa et Pride of Table Mountain.

Les gorilles sont les plus grands primates du monde et le gorille de montagne est parmi les plus menacés. Tous les primates sont protégés par la CITES.

La Grue royale vit dans la savane sèche en Afrique. Elle fait partie des espèces de grues qui ne migrent pas. La Grue royale est inscrite à l’Annexe II depuis 1985.

Le lion est le plus grand représentant de la famille des félins et le plus grand de tous les carnivores africains. La CoP17 de la CITES examinera une proposition visant à transférer le lion d’Afrique à l’Annexe I pour une protection de plus haut niveau.

Le crocodile du Nil est le plus grand reptile vivant de l’Afrique et est également considéré comme le deuxième plus grand reptile du monde.

Les pangolins sont les mammifères faisant l’objet du plus fort trafic au monde. Des propositions visant à renforcer le niveau de protection des 8 espèces de pangolins dans le cadre du contrôle CITES du commerce sont présentées pour examen à la CoP17.

Le rhinocéros blanc, qui représentait un succès de la conservation il y a seulement dix ans, fait aujourd’hui l’objet d’un braconnage grave, avec une augmentation de 9000 % des rhinocéros abattus illégalement depuis 2007. 

Au sujet de la CITES

Avec 183 États membres, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages. Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que pour l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode.
 
La CITES règlemente le commerce international de près de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.
 
La CITES a été adoptée à Washington D.C. le 3 mars 1973.
 
Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes

www.facebook.com/CITES
www.twitter.com/CITES
www.youtube.com/c/CITES
www.flickr.com/CITES
www.linkedin.com/company/cites-org