Un Consortium mondial redouble d’efforts pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Un Consortium mondial redouble d’efforts pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages

 

Text Box:

Le Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC) accueillera trois évènements à haute visibilité lors de la #CoP 17 de la CITES, afin de renforcer encore davantage la collaboration en faveur de la lutte contre le trafic d’espèces sauvages qui décime ces espèces, les moyens d’existence et les économies.

  • Le forum de coordination de Global Partnerships qui se déroulera le 25 septembre sous la direction de la Banque mondiale au nom de l’ICCWC, permettra à des représentants de haut niveau, notamment, du Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), de l’Organisation mondiale des douanes, de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et de la Commission de l’Union africaine, de se concerter et de présenter diverses perspectives sur la manière dont la lutte contre la fraude, le développement, les mesures environnementales et sociales peuvent contribuer à  la lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages. Le Forum établira un dialogue avec les Parties à la CITES afin d’identifier les lacunes qu’il conviendrait de combler dans les approches actuelles de la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages.
  • Le 26 septembre, à l’occasion d’un évènement parallèle, l’ICCWC présentera le tout premier rapport mondial sur la criminalité liée aux espèces sauvages, le World Wildlife Crime Report, lancé en mai dernier par la Commission des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale. Ce rapport révèle que le trafic d’espèces sauvages touche des pays partout sur le globe, et que le braconnage, comme le commerce illégal de milliers d’espèces différentes présentent non seulement des dangers réels pour l’environnement, mais portent également atteinte à l’État de droit. Le Consortium prévoit aussi de lancer un programme de formation pour lutter contre le blanchiment d’argent issu de la criminalité liée aux espèces sauvages et il tiendra les Parties à la CITES au courant de l’élaboration d’un cadre d’indicateurs pour la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts, qui permettra aux pays de mesurer et de suivre les mesures prises pour remédier à ce problème. Cette manifestation mettra aussi l’accent sur les différentes formes de soutien opérationnel déjà mobilisées ou que le Consortium pourrait mobiliser pour aider les pays à combattre la criminalité liée aux espèces sauvages.
  • L’ICCWC organisera la deuxième réunion mondiale des réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages ((WEN) les 28 et 29 septembre au cours de laquelle des représentants d’une bonne quinzaine de réseaux de par le monde, de responsables de la lutte contre la fraude, et d’un large éventail d’organisations partageront leurs expériences et discuteront des mesures à adopter pour encore renforcer les réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages, ainsi que la coopération régionale et mondiale. La réunion sera également l’occasion d’étudier la possibilité d’élaborer des lignes directrices sur les meilleures pratiques des WEN, ainsi que la mise en œuvre d’activités opérationnelles ciblées au niveau régional ou mondial.

L’ICCWC représente une collaboration vigoureuse entre le Secrétariat CITES, INTERPOL, l’ONUDC, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale des douanes. Le Consortium élabore des outils novateurs et fournit des services cruciaux à la communauté de la lutte contre la fraude, apportant un appui coordonné à la détection et à la répression pour s’assurer que les autorités nationales sont équipées pour lutter contre la menace que représente le crime organisé transnational lié aux espèces sauvages.

John E. Scanlon, le Secrétaire général de la CITES, a déclaré: “Au cours des deux prochaines semaines, les Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) prendront des décisions importantes dans l’intérêt de la protection des espèces sauvages les plus précieuses de notre planète. Plus de 500 espèces seront concernées – dont des espèces faisant l’objet d’un commerce illégal à un niveau alarmant sur l’ensemble du globe.

“Cette volonté politique renforcée et des actions bien ciblées de la part des organisations internationales et des gouvernements reflètent une préoccupation réelle quant à une criminalité liée aux espèces sauvages dirigée par des groupes criminels organisés qui se chiffre à plusieurs milliards de dollars. Le Consortium travaille avec la communauté de la lutte contre la fraude, car ce sont ces agents de première ligne qui traînent devant la justice les délinquants engagés dans la criminalité liée aux espèces sauvages.”

Depuis la dernière réunion des Parties à Bangkok en 2013, l’ICCWC a fourni un soutien sur le terrain à plus de 30 pays. On peut notamment citer l’élaboration de Lignes directrices sur les méthodes et procédures d’échantillonnage et d’analyse en laboratoire de l’ivoire, un Guide des meilleures pratiques sur l’identification scientifique des produits du bois, ainsi que la mise en œuvre de la compilation d’outils de l’ICCWC pour l’analyse  de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux  forêts, qui fournissent aux fonctionnaires gouvernementaux, aux douanes, à la police et à d’autres acteurs pertinents de la lutte contre la fraude et de la justice pénale un cadre de conduite leur permettant de réaliser une analyse globale de l’action nationale en matière de lutte contre la criminalité liée, notamment, aux espèces sauvages et aux forêts, et d’identifier les besoins du pays en matière d’assistance technique. Par ailleurs, le Consortium a fourni une formation spécialisée et un soutien opérationnel et technique grâce au déploiement d’Équipes de soutien en cas d’incident affectant des espèces sauvages aux Émirats arabes unis, à Madagascar, Sri Lanka et au Togo afin de contribuer aux enquêtes, renforcement des capacités et échantillonnages de l’ivoire.

L’ICCWC a soutenu un certain nombre d’activités opérationnelles, notamment pour combattre le commerce illégal de châles en shatoosh, et les diverses phases de l’opération INFRA TERRA, une opération mondiale menée sous l’égide d’INTERPOL en 2014 et 2016 pour traquer, suivre et arrêter les fugitifs recherchés pour des actes de criminalité liés aux espèces sauvages. Le Consortium a également soutenu des projets sur les livraisons surveillées, une technique spécialisée de lutte contre la fraude utilisée pour enquêter, notamment, sur des cas au-delà de la saisie.

Les directeurs généraux et les délégués des cinq organisations partenaires de l’ICCWC se sont réunis le 23 septembre à l’occasion de la #CoP17 afin d’examiner les progrès accomplis par le Consortium depuis sa création en 2010. Ils ont aussi discuté de la mise en œuvre du programme stratégique de l’ICCWC au cours de quatre prochaines années en mettant l’accent sur le renforcement des systèmes de justice pénale et l’apport d’un appui coordonné aux niveaux national, régional et international afin de combattre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts.

M. Scanlon a déclaré: “La CoP17 offrira un espace critique où les décideurs et les praticiens de la lutte contre la fraude de toutes les régions du monde pourront se rencontrer et échanger des idées sur le renforcement des efforts afin de protéger les espèces sauvages contre les groupes criminels organisés. L’ICCWC a joué un rôle central en apportant aux Parties un soutien coordonné et un accès à des ressources et des formations dont elles avaient réellement besoin.”

Dans un esprit d’harmonisation avec la #CoP17, le site Web de l’ICCWC a été mis à jour pour qu’y figurent les informations et les activités les plus récentes du Consortium, notamment les outils et les services élaborés par ce groupe et les principales activités menées à bien à travers le globe pour aider les États membres à combattre le commerce illégal d’espèces sauvages.

Un certain nombre d’évènements seront organisés par les partenaires de l’ICCWC en marge de la #CoP17, à savoir:

  • Un évènement intitulé Wildlife Forensics for CITES Implementation (27 septembre) sur les analyses judiciaires des espèces sauvages pour l’application de la CITES ;
  • Un évènement intitulé Corruption: the elephant in the room (28 septembre) sur la corruption: l’éléphant dans la salle ; et
  • Un évènement du Programme mondial pour la vie sauvage de la Banque mondiale sur l’analyse du financement des donateurs internationaux pour combattre le commerce illégal d’espèces sauvages (Global Wildlife Programme side event on International Donor Funding Analysis to Combat illegal wildlife trade) (3 octobre).

Pour la première fois, une réunion du Groupe de travail d’INTERPOL sur la criminalité liée aux espèces sauvages (sa 27ème réunion) se déroulera parallèlement à une CoP de la CITES, du 2 au 4 octobre 2016.

Note aux éditeurs: Pour les demandes d’interviews s’adresser à Victoria Holdsworth, Chef des médias, CITES #CoP17

Victoria.Holdsworth@cites.org ou tél: +447736773093

Des informations complémentaires sur les diverses manifestations organisées seront mises à disposition lors de la #CoP17.

Pour plus d’informations sur l’ICCWC connectez-vous sur: https://cites.org/eng/prog/iccwc.php

Le document de la #CoP17 sur le Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC)peut être consulté à l’adresse: https://cites.org/sites/default/files/eng/cop/17/WorkingDocs/E-CoP17-14-02.pdf

Un document d’information sur le Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC), soumis à la #CoP17,peut être consulté à l’adresse: https://cites.org/sites/default/files/eng/cop/17/InfDocs/E-CoP17-Inf-33.pdf