UE verse une contribution de 8 millions d’Euros en soutien au programme CITES sur les espèces d’arbres et la protection de l’éléphant d’Afrique

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

 

          

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN

UE verse une contribution de 8 millions d’Euros en soutien au programme CITES sur les espèces d’arbres et la protection de l’éléphant d’Afrique

 

Bruxelles/Genève, 14 juillet 2017: Le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et la Commission Européenne ont annoncé aujourd’hui que l’Union européenne (UE) avait accordé une contribution financière substantielle à hauteur de 8 millions d’Euros en soutien à la gestion durable des espèces d’arbres par l’intermédiaire de la CITES, et à la conservation de l’éléphant d’Afrique. Cette approche à deux composantes contribuera à la conservation et à l’utilisation durable d’espèces d’arbres précieuses et rares dans plusieurs pays du monde riches en biodiversité, et soutiendra la protection de l’éléphant d’Afrique.

Cette contribution généreuse de l’UE comprend 7 millions d’Euros affectés au programme CITES sur les espèces d’arbres qui sera mis en œuvre par le Secrétariat CITES et 1 million d’Euros destiné au Fonds pour l’éléphant d’Afrique qui sera mis en œuvre par le Fonds des Nations Unis pour l’environnement. Ce nouveau financement fournira un appui financier bien nécessaire aux 25 principaux États de l’aire de répartition exportateurs d’espèces d’arbres inscrites à la CITES en Afrique, Asie et Amérique latine, et aux 37 États de l’aire de répartition de l’éléphant d’Afrique.

M. Neven Mimica, Commissaire européen pour la coopération internationale et le développement, a déclaré : « Près de 70% des pauvres de la planète vivent dans des zones rurales. Pour vivre et faire vivre leurs familles, ils dépendent des ressources naturelles et des espèces sauvages. Mais l'augmentation des populations et la croissance du commerce mondial se traduisent souvent par une pression insoutenable sur la biodiversité, menaçant les moyens d’existence et la croissance à long terme. Cette nouvelle contribution financière de 8 millions d’Euros aidera certains des principaux pays riches en biodiversité de par le monde à relever les défis auxquels ils sont confrontés en matière de conservation et de protection. »

M. Karmenu Vella, Commissaire européen à l’environnement, aux affaires maritimes et à la pêche, a déclaré : « La conservation des espèces sauvages et des espèces de bois est une priorité pour l’UE. Des décisions importantes ont été adoptées l’an dernier au sein de la CITES afin de renforcer la protection internationale des espèces de bois et des éléphants. Il est temps aujourd’hui de transformer ces engagements internationaux en actions concrètes sur le terrain. Avec cette nouvelle contribution, l’UE prouve son engagement à travailler avec la CITES et les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, de façon à assurer un avenir durable aux forêts de la planète et à l’éléphant d’Afrique. »

“Au cours des dernières années, les Parties à la CITES ont décidé de s’appuyer sur la Convention pour réglementer le commerce d’un nombre accru d’espèces d’arbres ayant une valeur commerciale. Le succès de la CITES en matière de soutien à un commerce du bois et d’autres produits ligneux durable, légal et traçable a fait que les Parties à la CITES se sont accordées pour placer plus de 300 autres espèces d’arbres sous la protection des règlementations de la CITES en matière de commerce lors de la CoP17 de la CITES l’an dernier. Des décisions courageuses ont également été prises pour lutter contre le commerce illégal de l’ivoire d’éléphant » a déclaré le Secrétaire général de la CITES, John Scanlon. « Nous sommes très reconnaissants à l’UE pour son soutien financier généreux visant à renforcer les capacités des pays de mettre en œuvre les décisions de la CITES relatives aux espèces d’arbres et à la lutte contre le commerce illégal de l’ivoire d’éléphant. Le soutien de l’UE à la CITES va de la salle de conférence jusqu’à la ligne de front, ce que hautement apprécié et critique pour notre succès collectif ».

La composante espèces d’arbres soutiendra les pays qui exportent des parties et des dérivés d’espèces d’arbres inscrites à la CITES qui ont une valeur commerciale. Plus de 900 espèces d’arbres, dont plusieurs ont une grande valeur, sont actuellement inscrites aux annexes de la CITES. Les pays recevront de l’aide pour appliquer des mesures de conservation et de gestion visant à s’assurer que le commerce du bois, de l'écorce, des huiles et d'autres produits issus des espèces d’arbres inscrites à la CITES est durable, légal et traçable.

Ce programme financé par l’UE contribuera à maximiser les contributions de la CITES aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, notamment l’Objectif 15 qui porte notamment sur la gestion durable des forêts et la suppression de l’appauvrissement de la biodiversité. Cet objectif sera atteint en améliorant les capacités pratiques et technologiques relatives à l’émission d’avis de commerce non préjudiciable, en approfondissant les connaissances en matière de sylviculture et d’écologie pour la gestion des espèces d’arbres inscrites à la CITES, en renforçant les capacités en matière d’identification du bois et des produits forestiers non ligneux et d’efficacité des systèmes d’information et de repérage.

La CITES collaborera étroitement avec l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT) et d’autres partenaires à la mise en œuvre de la composante du projet relative aux espèces d’arbres.

La partie portant sur la conservation de l’éléphant contribuera au Fonds pour l’éléphant d’Afrique. Ce Fonds d’affectation spéciale multidonateurs a été créé par la CITES en 2010 en soutien à la mise en œuvre du Plan d’action pour l’éléphant d’Afrique, élaboré conjointement et approuvé par 37 États de l’aire de répartition de l’éléphant d’Afrique. Le Fonds est hébergé et géré par le Programme des Nations Unies pour l’environnement. Il contribuera à la réalisation de l’ODD 15 cible 7, à savoir prendre d’urgence des mesures pour mettre un terme au braconnage et au trafic d’espèces végétales et animales protégées et s’attaquer au problème sous l’angle de l’offre et de la demande.

Note aux rédacteurs:

Pour plus d’informations et pour organiser des interviews, veuillez contacter :

LIU Yuan, Secrétariat CITES, au +41 22 917 8130 ou yuan.liu@un.org

MARTIN RUIZ DE GORDEJUELA Carlos, Commission Européenne, au +32 2 296 53 22 ou Carlos.Martin@ec.europa.eu

PETSA Iris, Commission Européenne au +32 229-93321 ou Iris.Petsa@ec.europa.eu

À propos de la CITES

Avec 183 Parties (182 pays et l’Union européenne), la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) demeure l’un des outils les plus puissants au monde pour la conservation des espèces sauvages à travers la réglementation du commerce.  Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se soigner, se loger, ainsi que pour les souvenirs de voyage, les cosmétiques ou la mode.  La CITES réglemente le commerce international de plus de 36 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens d’existence, que de l’environnement mondial.  Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes de la CITES soit durable, légal et traçable.  La CITES a été signée à Washington D.C. le 3 mars 1973 et est entrée en vigueur le 1er juillet 1975.

Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes :

www.twitter.com/CITES
www.facebook.com/CITES
www.youtube.com/CITES
www.flickr.com/CITES