La CoP18 de la CITES se tiendra à Colombo, à Sri Lanka, en mai 2019

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La CoP18 de la CITES se tiendra à Colombo, à Sri Lanka, en mai 2019

Il ne reste que 6 mois aux Parties pour soumettre certaines propositions d’inscription d’espèces

Genève, le 14 décembre 2017 – Le Secrétariat de la CITES, le traité mondial qui réglemente le commerce international des espèces sauvages, a annoncé aujourd’hui que la prochaine session de la Conférence des Parties (CoP18) se tiendra à Colombo (Sri Lanka), du 23 mai au 3 juin 2019.

L’offre généreuse de Sri Lanka d’accueillir la CoP18 a été acceptée à la CoP17 qui s’est tenue en octobre 2016 à Johannesburg (Afrique du Sud).

Le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon, a déclaré : « La prochaine Conférence mondiale sur les espèces sauvages sera pour la première fois accueillie par un pays insulaire, et, après 38 ans, ce sera seulement la deuxième fois qu’une CoP de la CITES se tiendra en Asie du Sud. Sri Lanka est un pays magnifique avec une faune et une flore diversifiées et uniques, tant sur terre qu’en mer. Elle possède une industrie florissante du tourisme de nature et peut se targuer d’abriter le « Top 7 » des espèces sauvages, à savoir l’éléphant d’Asie, l’ours lippu de l’Inde, la panthère, le jabiru d’Asie, le crocodile marin, la tortue luth et le rorqual bleu, dont six figurent aux annexes de la CITES. Sri Lanka est ainsi un endroit idéal pour une Conférence mondiale sur les espèces sauvages et ce sera un hôte merveilleux pour la CoP18. »

Le Représentant permanent de Sri Lanka auprès de l’ONU à Genève, l’Ambassadeur Ravinatha Aryasinha, a déclaré : « En tant que pays doté d’une riche diversité biologique, Sri Lanka est pleinement attachée à la mise en œuvre des dispositions de la CITES pour garantir un commerce durable tenant compte de la conservation de la faune et de la flore sauvages qui sont essentielles à une économie saine et prospère. Sri Lanka a récemment pris des mesures pour s’acquitter de ses obligations en vertu de la Convention notamment par la saisie at la destruction publique en 2016 d’ivoire illégal issu du braconnage, ainsi que par les initiatives prises pour inscrire les espèces de requins-renards à l’Annexe II de la CITES afin de les protéger. Sri Lanka a offert d’accueillir la Conférence car elle est consciente des défis qui restent à relever aux niveaux national et international. »

Il est rappelé aux Parties à la CITES que tout projet de résolution, tout document soumis pour examen à la CoP18 et toute proposition d’amendement des Annexes I ou II de la CITES, c.-à-d. portant sur l’inscription d’espèces aux annexes, doivent être communiqués au Secrétariat au moins 150 jours avant la session, soit au plus tard le 24 décembre 2018.

Cependant, si une Partie a l’intention de soumettre une proposition d’amendement des Annexes I ou II concernant une espèce ou une population d’une espèce se trouvant partiellement ou totalement sur un territoire situé en dehors de sa juridiction, et si elle n’a pas l’intention de consulter les autres États de l’aire de répartition avant de soumettre sa proposition, la Partie devra communiquer sa proposition au Secrétariat au plus tard le 27 juin 2018.

« Nous nous réjouissons de réunir les 183 Parties à la CITES, les observateurs des organisations intergouvernementales et non gouvernementales et du secteur privé, ainsi que les représentants des communautés rurales et des jeunes à Colombo en 2019 », a ajouté M. Scanlon.

Voir la notification aux Parties n° 2017/072 pour de plus amples informations.

Voir également:

Discours de la CITES Secrétaire général John E. Scanlon à Colombo , Sri Lanka - 'La CITES et le commerce des espèces sauvages – comment travaille la CITES et quel est le lien avec le tourisme axé sur les espèces sauvages’

'La CITES et le commerce des espèces sauvages – comment travaille la CITES et quel est le lien avec le tourisme axé sur les espèces sauvages’

Note aux rédacteurs: Pour plus d’informations, veuillez contacter Liu Yuan au +41 22 917 8130 ou [email protected].

À propos de la CITES

Avec 183 Parties (182 pays et l’Union européenne), la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) demeure l’un des outils les plus puissants au monde pour la conservation des espèces sauvages à travers la réglementation du commerce. Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se soigner, se loger, ainsi que pour les souvenirs de voyage, les cosmétiques ou la mode. La CITES réglemente le commerce international de plus de 36 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens d’existence, que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes de la CITES soit durable, légal et traçable. La CITES a été signée à Washington D.C. le 3 mars 1973 et est entrée en vigueur le 1erjuillet 1975.

Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes :

www.twitter.com/CITES
www.facebook.com/CITES
www.youtube.com/CITES
www.flickr.com/CITES