200 experts scientifiques font part de leurs recommandations sur les niveaux de commerce et l’état de conservation des espèces animales inscrites aux annexes de la CITES

Destiné uniquement aux médias;
Document non officiel.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

200 experts scientifiques font part de leurs recommandations sur les niveaux de commerce et l’état de conservation des espèces animales inscrites aux annexes de la CITES

Tel Aviv / Genève, le 4 septembre 2015 - Plus de 200 experts scientifiques mondiaux, de plus de 50 pays, se sont réunis pour la 28e session du Comité pour les animaux de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), à Tel-Aviv, en Israël, du 30 août au 3 septembre 2015.

La session du Comité pour les animaux de la CITES tenue à Tel-Aviv a examiné les niveaux de commerce d’une grande diversité d’espèces animales, allant du lambi à l’ours polaire, et faisant l’objet d’un commerce international en tant que produits alimentaires, vêtements, peaux, remèdes traditionnels, souvenirs pour les touristes et animaux de compagnie. Elle a également examiné l’état de conservation d’un certain nombre d’espèces, dont le lion d’Afrique.

Au sujet de la réunion, le Secrétaire général de la CITES John E. Scanlon a déclaré : « De grands progrès ont été réalisés cette semaine, au cours de laquelle les meilleurs avis scientifiques sur un large éventail d’espèces animales ont été donnés aux Parties à la CITES, pour un examen lors de la 17e session de la Conférence des Parties à la CITES (CoP17) qui se tiendra à Johannesburg en Afrique du Sud, dans un an. Nous exprimons notre profonde gratitude aux membres du Comité, et à tous les participants, pour avoir offert de leur temps et de leur expertise à la mise en œuvre de la CITES ».

« Nous sommes particulièrement reconnaissants envers le Gouvernement et le peuple d’Israël pour avoir accueilli cette réunion importante et hautement productive, et pour leur chaleureuse hospitalité et les excellentes conditions de travail », a ajouté M. Scanlon.

Le Comité a approuvé les orientations fournies aux Parties à la CITES sur le commerce durable des serpents, des tortues d’eau douce, du lambi, des requins et des raies, ainsi que les améliorations apportées à l’étude de la CITES sur le commerce important qui vérifie les niveaux du commerce mondial des espèces inscrites aux annexes de la CITES au cours des dernières années et qui identifie les cas d’utilisation non durable des espèces dont l’état de conservation est préoccupant. Pour les espèces faisant l’objet d’une forte pression commerciale, l’examen fournit des recommandations d’actions permettant de traiter les questions de surexploitation et d’utilisation non durable.

L’examen du commerce important par le Comité a conclu que le niveau actuel du commerce des ours polaires, notamment, ne nuit pas à la survie de l’espèce dans la nature. Cependant, le Comité a convenu d’examiner de plus près les préoccupations concernant la durabilité du commerce international d’un certain nombre d’autres espèces, telles que les pangolins en provenance d’Afrique, les ornithoptères d’Indonésie, la sangsue médicinale de Turquie et plusieurs tortues d’Afrique de l’Ouest. Il a également recommandé des mesures sur le commerce des hippopotames depuis le Cameroun et des macaques à longue queue depuis le Cambodge.

En ce qui concerne le commerce des espèces de requins et de raies, le Comité a formulé une série de recommandations pour veiller à ce qu’une meilleure gestion des pêches mondiales soit mise en place.

Le Kenya et la Namibie ont annoncé qu’ils allaient fournir au Comité une analyse détaillée du commerce des lions d’Afrique, ce qui aidera le Comité à déterminer si l’espèce est correctement inscrite aux annexes de la CITES. Le Comité a examiné plusieurs autres cas de ce type concernant des espèces moins connues.

Le Comité a discuté des systèmes et techniques de traçabilité pour le marquage et le suivi des peaux de serpent, une question qui sera également traitée à la 17e Conférence des Parties.

Le Comité a passé en revue les propositions d’ajustement des listes d’espèces CITES ou du niveau de protection accordé à certaines espèces, qui pourront être examinées lors de la 17e session de la Conférence des Parties à la CITES. Elles portaient notamment sur les raies d’eau douce et sur divers serpents d’Asie, ainsi que sur des propositions du Mexique et de la Malaisie concernant des espèces de crocodiles et de lézards.

Le Comité a également examiné de plus près la gestion du commerce des esturgeons et du caviar.

La présence du Ministre de l’Environnement, M. Avi Gabai, ainsi que de l’organe de gestion et de l’autorité scientifique CITES d’Israël qui étaient représentés au plus haut niveau au cours de la séance d’ouverture, reflète le fort engagement d’Israël dans la mise en œuvre efficace de la Convention.

C’est la première fois, au cours des 40 ans d’histoire de la Convention, qu’une réunion d’un organe CITES a lieu en Israël. Pour marquer l’occasion, l’organe de gestion d’Israël a également organisé un symposium spécial sur l’interface entre les niveaux internationaux et nationaux du droit de l’environnement.

La réunion était présidée par la représentante du Comité pour la région nord-américaine, Mme Carolina Caceres (Canada).

Le Comité pour les animaux fournit la base scientifique et technique pour la mise en œuvre de la Convention en ce qui concerne la faune, en veillant à ce que les décisions de la CITES aient une base scientifique solide.

17e session de la Conférence des Parties à la CITES, Johannesburg, Afrique du Sud 2016.

Les résultats de la 28e session du Comité pour les animaux seront examinés lors de la 66e session du Comité permanent (Genève, janvier 2016) et lors de la 17e session de la Conférence des Parties à la CITES, qui se tiendra à Johannesburg (Afrique du Sud), du 24 septembre au 5 octobre 2016.

Les résultats de la 28e session du Comité pour les animaux seront examinés lors de la 66e session du Comité permanent (Genève, janvier 2016) et lors de la 17e session de la Conférence des Parties à la CITES, qui se tiendra à Johannesburg (Afrique du Sud), du 24 septembre au 5 octobre 2016.

Note aux rédacteurs :

Pour en savoir plus sur la 28e session du Comité pour les animaux, veuillez prendre contact avec Liu Yuan (yuan.liu@cites.org) ou Tom De Meulenaer (tom.de-meulenaer@cites.org).

Les documents de la 28e session du Comité pour les animaux sont disponibles sur http://cites.org/fra/com/ac/index.php

Au sujet de la CITES

Avec 181 États membres, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages. Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que pour l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode.
 
La CITES règlemente le commerce international de près de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.
 
La CITES a été adoptée à Washington D.C. le 3 mars 1973.
 
Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes

www.facebook.com/CITES
www.twitter.com/CITES
www.youtube.com/c/CITES
www.flickr.com/CITES
www.linkedin.com/company/cites-org