Le Secrétariat de la CITES et le PNUE-WCMC développent des utilisations innovantes pour la Liste des espèces CITES et le site Species+

Genève, 12 octobre 2015: le Secrétariat de la CITES et le PNUE-WCMC, en collaboration étroite, ont lancé aujourd’hui de nouveaux services visant à mieux exploiter les informations de la Liste des espèces CITES et du site Species+. Ces nouveaux services permettent une meilleure intégration de la Liste des espèces CITES et du site Species+ avec les systèmes d’information et bases de données nationaux, ce qui facilite l’utilisation normalisée des noms d’espèces et des inscriptions aux Annexes et réduit les tâches redondantes pour l’entretien de ces listes.

Les Parties à la CITES,  les services douaniers et autres instantes concernées par la Convention peuvent désormais extraire de la Liste des espèces CITES ou du site Species+ les noms scientifiques ou communs des quelque 35 000 espèces inscrites aux Annexes et les saisir directement dans leur propre système informatique, y compris les listes nationales des espèces CITES, les systèmes d’e-permis et tout système électronique utilisant des informations CITES.

Les Parties à la CITES,  les services douaniers et autres instances concernées par la Convention peuvent désormais extraire de la Liste des espèces CITES ou du site Species+ les noms scientifiques ou communs des quelque 35 000 espèces inscrites aux Annexes et les saisir directement dans leur propre système informatique, y compris les listes nationales des espèces CITES, les systèmes d’e-permis et tout système électronique utilisant des informations CITES. Par exemple, un utilisateur peut désormais extraire de la Liste des espèces CITES le nom scientifique exact, le nom commun et l’inscription aux Annexes pour remplir les formulaires de permis électroniques. Ceci permet de réduire les erreurs sur les noms d’espèces et d’améliorer le temps de traitement des permis. Les Parties peuvent également utiliser la Liste des espèces CITES comme base de données centrale pour la nomenclature, garantissant ainsi l’exactitude des listes des bases de données nationales des espèces CITES et leur actualisation suite aux amendements apportés aux Annexes. Enfin, les informations contenues dans la Liste des espèces CITES   peuvent également contribuer au développement de nouveaux systèmes d’information, notamment pour le suivi et le traçage des espèces CITES.

Commentant le lancement de ces nouveaux services, le Secrétaire général de la CITES John E. Scanlon a déclaré : “L’accès à ces services pour les Parties à la CITES et l’ensemble de la communauté CITES intervient au bon moment et répond à un véritable besoin. Une meilleure utilisation de la Liste des espèces CITES renforcera la chaine logistique liée à la Convention en éliminant les erreurs et en améliorant la qualité des informations sur les permis et certificats CITES ”.

M. Jonathan Hutton, directeur du PNUE-WCMC, a déclaré : “Nous sommes convaincus que cette nouvelle démarche annonce une ère novatrice dans le développement d’outils nationaux efficaces pour l’application de la CITES.”

Le Secrétariat et l’UNEP-WCMC remercient la Belgique, la France et la Suisse de leur soutien financier, qui a permis le développement de ce nouvel outil.

Des informations sur les modalités d’utilisation de ces services web sont disponibles sur le lien PNUE-WCMC suivant : http://api.speciesplus.net/