Vision de la stratégie CITES

 

En 2000, les Parties à la CITES se sont réunies une première fois pour adopter une Vision de la stratégie pour la période se terminant en 2005. La version actuelle de la Vision pour la stratégie figure en annexe à la résolution Conf. 16. 3 (Rev. CoP17). Le double objectif de la Vision de la stratégie est d’améliorer le fonctionnement de la Convention de façon à assurer que le commerce international de la faune et de la flore sauvages est maintenu à un niveau durable, et à assurer la complémentarité des évolutions des politiques de la CITES avec les priorités internationales en matière d’environnement, ainsi que de s’assurer que ces évolutions tiennent compte des nouvelles initiatives internationales, en conformité avec les dispositions de la Convention.

Anticiper


Sachant que la Vision de la stratégie CITES actuelle expire après la 18e session de la Conférence des Parties en 2019, le Comité permanent a créé un groupe de travail intersessions pour le Plan stratégique qui est chargé de proposer une nouvelle Vision de la stratégie pour après 2020.

La liste des membres du groupe de travail et leur mandat est disponible ici.

Évolution de la Vision de la stratégie


C’est à la 11e session de la Conférence des Parties (Gigiri, 2000), dans la décision 11.1, que les Parties à la CITES ont adopté, pour la première fois, une Vision de la stratégie jusqu’en 2005 et un plan d’action d’accompagnement. À la 13e session de la Conférence des Parties (Bangkok, 2004), la Vision de la stratégie a été prolongée jusqu’en 2007, dans la décision 13.1. La Conférence des Parties, à sa 14e session (La Haye, 2007), a adopté une nouvelle Vision de la stratégie CITES : 2008-2013 dans la résolution Conf. 14.2. Cette résolution a été remplacée à la 16e session de la Conférence des Parties (Bangkok, 2013) par la résolution Conf. 16.3 qui prolongeait la vision jusqu’en 2020 et ajoutait quelques amendements pour faire référence au Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020, aux objectifs d’Aichi pour la biodiversité et à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable.