Mise à jour le 26 novembre 2021

 

Étude CITES : le braconnage et le commerce illégal menacent de plus en plus les jaguars

Genève, le 2 novembre 2021 - Les jaguars (Panthera Onca) sont inscrits à l'Annexe I de la CITES depuis 1975, ce qui signifie que le commerce international de cette espèce est interdit. Cependant, ces dernières années, le commerce illégal de jaguars est devenu une source de préoccupation pour la conservation de l'espèce, suite à des rapports suggérant l'émergence de trafics internationaux et l'existence de marchés nationaux actifs pour les parties du corps de jaguar.

En réponse à ces préoccupations, le Secrétariat CITES a publié une étude analysant le commerce illégal de jaguars, qui est disponible en anglais et en espagnol.

L'étude cartographie le commerce illégal du jaguar dans toute son aire de répartition, qui s'étend du sud-ouest des États-Unis au nord de l'Argentine, couvrant 8,42 millions de km² dans 19 pays.

Les utilisations des spécimens de jaguar sont examinées, tant au niveau national que sur les marchés internationaux, les méthodes employées par les acteurs impliqués dans le commerce illégal et les moteurs possibles qui y sont associés sont passées en revue, ainsi que l’impact global de ces derniers sur les populations est caractérisé. La mesure dans laquelle les produits de jaguar illégaux entrent dans le commerce international est également analysée.

CITES study on illegal trade in jaguar

L'inscription de l'espèce aux Annexes de la CITES en 1975, ainsi que l'établissement de lois nationales de protection, ont mis fin au commerce international à grande échelle des jaguars pendant plus de quatre décennies. Les saisies officiellement documentées de spécimens de jaguar semblent indiquer que c'est toujours le cas, car les chiffres sont restés relativement stables au cours des deux dernières décennies. Cependant, il existe des preuves confirmées d'un commerce international illégal récent au Brésil, en Bolivie, en Colombie, au Mexique, au Pérou, au Suriname et au Venezuela.

L'étude identifie quatre routes commerciales illégales : des États de l'aire de répartition vers les États-Unis ; des États de l'aire de répartition à l'Union européenne ; des États-Unis vers l'Union européenne et vice versa ; et des États de l'aire de répartition à la Chine, à travers l'Europe. Les résultats de l’étude indiquent la prévalence du commerce intérieur illégal de spécimens de jaguar, qui se produit dans toute l'aire de répartition de l’espèce, car presque toutes les parties de son corps, mais en particulier les dents, la peau, les crânes et la graisse, sont utilisées à des fins culturelles, décoratives, médicinales et servent à d’autres utilisations fonctionnelles au niveau domestique.

Les utilisations des parties du corps du jaguar en dehors des États de l'aire de répartition sont moins bien comprises. Les dents sont très probablement utilisées comme objets de collection et souvenirs conférant un statut, tandis que des produits comme la "pâte" de jaguar ont de prétendues propriétés médicinales.

La nature et la multiplicité des moteurs associés au commerce illégal du jaguar sont frappantes. Celles-ci comprennent la demande intérieure de parties du corps de jaguar et les moyens de subsistance locaux, les conflits homme-jaguar, les incitations financières, la demande étrangère de parties du corps de jaguar, la demande liée au tourisme, le commerce illégal d'animaux de compagnie, les collections privées d'animaux sauvages et la chasse illégale aux trophées.

L'étude suggère que le commerce illégal de spécimens de jaguar est de plus en plus organisé dans certains pays. Les trafiquants profitent des plateformes en ligne et des réseaux sociaux pour faire la publicité de produits et consolider des réseaux de commerce illégal et des bases de consommateurs plus larges.

En ce qui concerne l'impact du braconnage et du commerce illégal, l'étude constate que les niveaux actuels peuvent affecter les populations de jaguars dans toute l'aire de répartition. Les populations plus petites et plus fragmentées sont particulièrement menacées par le braconnage ou le commerce illégal, tout comme les populations plus importantes dans les pays ayant moins de capacités institutionnelles et juridiques pour lutter efficacement contre le braconnage et le commerce illégal.

Dans l'ensemble, les conclusions de l’étude indiquent qu'une meilleure compréhension des impacts du commerce illégal sur les populations de jaguars est nécessaire de toute urgence, ce qui nécessitera un effort de collaboration entre les gouvernements, les communautés, la société civile et les universités pour mettre en place un système de collecte, d'analyse et de notification systématiques d'informations sur l'abattage des jaguars et le commerce illégal qui en découle.

La Secrétaire générale de la CITES, Ivonne Higuero, a déclaré : « Près de cinq décennies après l'inscription des jaguars à l'Annexe I de la CITES en 1975, le commerce illégal aux niveaux national et international est redevenu une préoccupation pour la conservation du jaguar. Cette étude détaillée fournit de nouvelles informations sur la l'ampleur et l'étendue du commerce illégal du jaguar, à l'intérieur et à l'extérieur des Amériques. Et les nouvelles ne sont pas bonnes : le braconnage et le commerce illégal sont une préoccupation dans toute l'aire de répartition de l'espèce et nécessiteront une réponse concertée des Parties à la CITES qui devront travailler ensemble pour assurer une application appropriée de la loi et établir des systèmes d'échange d'informations pour documenter, détecter et dissuader cette menace majeure pour cette espèce emblématique de la CITES. »

Le Comité permanent de la CITES examinera les conclusions de l'étude sur le commerce illégal des jaguars à sa 74e session (mars 2022) et fera des recommandations appropriées pour examen par la 19e session de la Conférence des Parties à la CITES, qui se tiendra au Panama du 14 au 25 novembre 2022.

Cette étude a été réalisée conformément à la décision CoP18 18.251 et a été rendue possible grâce à un financement généreux du gouvernement de la Suisse.