Remarques sur la destruction d’ivoire d’éléphant et de cornes de rhinocéros confisqués, à Hanoi, Viet Nam


Remarques sur la destruction d’ivoire d’éléphant et de cornes de rhinocéros confisqués, à Hanoi, Viet Nam

John E. Scanlon, Secrétaire général de la CITES

12 novembre 2016

 

M. Ha Cong Tuan, Ministre adjoint de l’agriculture et du développement rural,
Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Je voudrais exprimer mes plus sincères remerciements au Ministère de l’agriculture et du développement rural du Viet Nam qui m’a invité à être le témoin de la destruction de 2 tonnes d’ivoire d’éléphant d’Afrique et de cornes de rhinocéros, aujourd’hui, à Hanoi.

Cette destruction d’ivoire d’éléphant et de cornes de rhinocéros confisqués a lieu, aujourd’hui, au Viet Nam, un mois seulement après la CoP17 de la CITES qui a marqué un tournant et juste avant la Conférence d’Hanoi sur le commerce illégal des espèces sauvages. Elle a le mérite de tourner les projecteurs, aux niveaux local, national et mondial, sur les effets dévastateurs du commerce illégal d’ivoire d’éléphant et de cornes de rhinocéros mais aussi sur la détermination de plus en plus ferme du Viet Nam et l’engagement de la communauté mondiale à y mettre fin.

La communauté internationale a reconnu que le trafic d’espèces sauvages n’a pas seulement un effet dévastateur sur les éléphants d’Afrique, les rhinocéros et tous les autres animaux et plantes sauvages touchés, mais qu’il menace les peuples et leurs moyens d’existence – ainsi que les économies nationales et, parfois, la sécurité nationale et régionale.

Distingués invités, il va de soi que la destruction d’ivoire d’éléphant confisqué, au Viet Nam, aujourd’hui, ne mettra pas fin au commerce illégal de l’ivoire des éléphants et des rhinocéros.

Cependant, grâce à elle, personne ne profitera jamais de cette contrebande et cet évènement, associé à la saisie d’ivoire et aux poursuites et condamnations des délinquants, envoie un message très fort: à savoir que le Viet Nam n’est pas prêt à tolérer ce commerce illégal et que les négociants illégaux font désormais face à des risques importants tout au long de la chaîne d’approvisionnement illégal – dans les pays d’origine, de transit et de destination. 

Ce qui se passe aujourd’hui offre une occasion de prévenir publiquement ceux qui font le commerce illégal d’ivoire d’éléphant que l’âge et l’origine de leur contrebande peuvent maintenant être facilement identifiés grâce à des techniques scientifiques modernes rendant les poursuites et les condamnations beaucoup plus probables. Et nous sommes heureux de constater que des échantillons ont été prélevés pour analyse scientifique sur cette contrebande, avant sa destruction, conformément aux résolutions de la CITES.

Résultat des efforts collectifs mondiaux en cours, le commerce illégal d’ivoire d’éléphant et de corne de rhinocéros est en train de passer de la catégorie ‘faible risque, profit élevé’ à ‘risque élevé, faible profit’, et l’événement d’aujourd’hui envoie un signal clair indiquant qu’il n’y aura plus, désormais, de valeur commerciale pour les espèces sauvages prélevées illégalement.

Distingués invités, il est temps de renverser les tendances perturbantes du braconnage et du trafic des espèces sauvages par des efforts internationaux collectifs et soutenus tout au long de la chaîne d’approvisionnement illégal, en nous attaquant aussi bien à la demande qu’à l’offre. Les décisions que les Parties à la CITES ont adopté, lorsqu’elles se sont réunies le mois dernier à la CoP17 de la CITES à Johannesburg, sont déjà en train d’être traduites en pratique, sur le terrain, au niveau national.

La CoP17 a vu un certain nombre de premières: les toutes premières résolutions sur la corruption et la criminalité liée aux espèces sauvages, sur la cybercriminalité et les stratégies de réduction de la demande pour les espèces sauvages commercialisées illégalement. Le monde entier a salué ces décisions audacieuses de la CoP17. Il est maintenant temps de passer à l’action de façon concrète et tout aussi audacieuse. Les saisies doivent conduire à des enquêtes et les délinquants coupables de crimes contre les espèces sauvages doivent être poursuivis. L’industrie illégale de sculpture de l’ivoire et les marchés illégaux doivent être fermés.

L’événement important qui a lieu aujourd’hui sensibilise, aux niveaux local, national et mondial, aux effets dévastateurs du commerce illégal de l’ivoire d’éléphant et à l’engagement de la communauté mondiale tout entière à y mettre fin.

Nous apprécions très sincèrement les efforts déployés par le Viet Nam pour mettre fin au braconnage des éléphants et à la contrebande d’ivoire ainsi qu’à d’autres crimes graves contre les espèces sauvages, engagement scellé aujourd’hui avec cet événement public spectaculaire.

Merci.