Rencontre des responsables du consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages afin de débattre des stratégies futures de lutte contre la criminalité transnationale organisée liée aux espèces sauvages et aux forêts

Document non officiel
destiné uniquement aux médias

Bangkok, le 5 mars 2013 – Les responsables exécutifs du consortium établi dans le but de lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages se sont réunis en marge de la Conférence triennale de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Les hauts fonctionnaires du Secrétariat CITES, d’INTERPOL, de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), de la Banque Mondiale et de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) se sont réunis à Bangkok pour débattre de la stratégie future du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC).

C’est pour faire face à la nature de plus en plus organisée et transnationale de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts que ces cinq organisations ont unis leurs efforts sous l’ICCWC en 2010, ainsi qu’en reconnaissance à la nécessité d’une meilleure coordination et coopération internationales dans le but de renforcer les ripostes à ce genre de criminalité.

Le Secrétaire général du Secrétariat CITES, John E. Scanlon, a remarqué: “ La gravité de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts exige une réponse proportionnelle à l’ampleur du risque qu’elle fait courir aux espèces, aux moyens de subsistance et à la sécurité. L’ICCWC est la première initiative dans laquelle les cinq organisations ont unis leurs efforts dans la poursuite d’un objectif commun. L’expérience, les capacités et les réseaux accumulés des partenaires permettent à l’ICCWC d’occuper une place privilégiée dans la mise au point de programmes de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages visant à assurer que les responsables de ces crimes soient confrontés à des ripostes redoutables et coordonnées”.

La réunion a permis aux partenaires de passer en revue les activités menées à bien par l’ICCWC à ce jour,  y compris la coordination de réunions internationales et régionales sur des questions critiques relatives à la criminalité liée aux espèces sauvages, telles que les ateliers sur les livraisons surveillées à Shanghai, Chine, et la mise au point d’une compilation d’outils pour aider les gouvernements à revoir l’efficacité de leurs ripostes à la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts.

Lorsqu’il a souligné le renforcement des capacités sur lequel est axé le Consortium, le Directeur des Opérations de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, Aldo Lale-Demoz, a expliqué: “la compilation d’outils pour l’analyse de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts est une ressource technique qui vise à aider les fonctionnaires des gouvernements dans la gestion des espèces sauvages et des forêts, ainsi que les douanes et d’autres organismes pertinents à mener une analyse complète des forces et faiblesses de leurs réponses en matière de prévention et de justice pénale en ce qui concerne la protection des produits des espèces sauvages et des forêts. Sur la base des résultats de l’analyse, des programmes d’assistance technique et de renforcement des capacités fondés sur les preuves pourront être conçus sur mesure et appliqués par les organismes partenaires de l’ICCWC”.

En ce qui concerne les points forts du Consortium, William B. Magrath, économiste en chef des ressources naturelles de la Banque Mondiale a déclaré: ” par notre engagement dans l’ICCWC et dans d’autres partenariats associés, nous assistons à une nécessité croissante de ressources supplémentaires en matière de prévention de la criminalité et de lutte contre la fraude intelligente du point de vue social et du développement. La Banque Mondiale est déjà la source la plus importante du financement pour le développement en matière de législation environnementale et des ressources naturelles, et nous percevons l’ICCWC comme un moyen d’élargir et de renforcer notre soutien à une lutte contre la fraude efficace, en tant que bien collectif mondial.

Les partenaires du Consortium ont également profité de l’occasion pour débattre des priorités futures de l’ICCWC, dont la nécessité de continuer à bâtir le profil de la criminalité liée aux espèces sauvages ainsi que sa reconnaissance en tant que criminalité transnationale organisée. Les importantes contributions et compétences de chaque organisation partenaire dans le but d’atteindre ces objectifs ont été reconnues.

Le Directeur de la Criminalité spécialisée et de l’Analyse d’INTERPOL, Bernd Rossbach, a affirmé:” les réseaux de criminalité transnationale organisée se déplacent de plus en plus vers la criminalité liée aux espèces sauvages qui leur offre la possibilité d’obtenir des profits considérables à un risque comparativement faible. Les organismes nationaux de lutte contre la fraude sont la première ligne de défense contre le commerce illégal d’espèces sauvages, ils font néanmoins de plus en plus face à des groupes criminels fortement organisés et sophistiqués. INTERPOL, ainsi que son réseau de 190 pays membres et en tant que membre de l’ICCWC, continuera d’apporter le soutien nécessaire aux organismes nationaux afin qu’ils mènent des opérations de lutte contre la fraude transnationale et ciblent ceux qui sont derrière toutes les formes de criminalité liée aux espèces sauvages”.

Le Sous-directeur du Contrôle et de la Facilitation de l’Organisation mondiale des douanes, Allen Bruford, a souligné: “il reste encore beaucoup de travail à faire pour combattre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts, c’est pourquoi l’OMD poursuivra sa tâche de sensibilisation de ses graves effets sur l’environnement naturel en même temps qu’elle continuera à renforcer la capacité des fonctionnaires des douanes à travers le monde afin de mieux combattre les groupes criminels responsables de la criminalité transnationale liée aux espèces sauvages, de concert avec ses partenaires clés”.

L’application de la CITES et les questions de lutte contre la fraude sont un point principal de la Conférence de la CITES qui a lieu à Bangkok jusqu’au 14 mars, qui met en évidence tant les niveaux croissants du braconnage et du commerce illégal – surtout en ce qui concerne l’ivoire d’éléphants et les cornes de rhinocéros – que la preuve solide de la participation croissante des groupes criminels organisés dans la criminalité liée aux espèces sauvages.

Face à cette situation, l’ICCWC organise un certain nombre de réunions à Bangkok en marge de la Conférence de la CITES, dont une table ronde ministérielle sur la criminalité transnationale organisée liée aux espèces sauvages et aux forêts et la première réunion mondiale sur les réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages. La semaine prochaine, le Consortium dispensera également des formations techniques spécialisées sur la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages aux fonctionnaires de la lutte contre la fraude à l’occasion d’une réunion organisée par la Banque asiatique de développement, en collaboration avec l’ICCWC

Note à la rédaction:

Pour plus d'informations, prendre contact avec Juan Carlos Vasquez au (+66 (0)85 332‐2469), juan.vasquez@cites.org ou avec Stefania Kirschmann, stefania.kirschmann@cites.org.

Informations générales pour les correspondants et les représentants des médias accrédités:

La CoP16 de la CITES se déroulera du 3 au 14 mars 2013 à l'adresse suivante:

Queen Sirikit National Convention Center (QSNCC)
60 New Rachadapisek Road, Klongtoey,
Bangkok 10110, Thaïlande
Tél.: (662) 229‐3000 – Fax: (662) 229‐3001
Courriel: info@qsncc.com
http://www.qsncc.co.th/

  • Zone d'exposition et médias: Zone C‐2e étage
  • Salle de conférences de presse: Auditorium, Zone A
  • Vous pouvez retirer votre badge au bureau d'enregistrement des médias les jours suivants:
  • Pour plus d'informations sur les procédures d'accréditation des médias qui désirent couvrir la Conférence de Bangkok – CITES CoP16, voir: http://www.cites.org/eng/cop/16/media_accreditation.php
  • Pour plus d'information sur la CITES, consulter son site Internet www.cites.org et sur les décisions de la CoP16 se connecter sur le site http://www.cites.org/eng/cop/index.php ou sur:

www.facebook.com/CITES
www.twitter.com/citesconvention
www.youtube.com/citesvd
www.flickr.com/cites

 


Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives