La Chine accueille une réunion cruciale sur l’avenir des serpents d’Asie

 

Document non officiel
destiné uniquement aux médias

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Chine accueille une réunion cruciale sur l’avenir des serpents d’Asie

Une réunion internationale aborde les aspects du commerce des serpents touchant à la conservation, à l’utilisation durable et aux moyens d’existence

 

Guangzhou, 11 avril 2011 – Quelque 70 spécialistes représentant près de 20 gouvernements et organisations nationales et internationales sont réunis à Guangzhou (Chine) du 11 au 14 avril 2011 sous la direction de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) pour examiner les priorités de la conservation et de la gestion et les besoins de la lutte contre la fraude liée au commerce des serpents en Asie. Cet atelier fait suite aux célébrations tenues à Beijing la semaine dernière pour marquer le 30e anniversaire de la signature de la CITES par la Chine.

Le commerce mondial des serpents porte sur diverses espèces de différents pays, dont des spécimens sont capturés dans la nature et élevés en captivité. L’utilisation non durable de certaines espèces et la perte de leurs habitats ont contribué dans certains cas à un déclin significatif de leurs populations.

Cet atelier technique réunit des spécialistes gouvernementaux, des membres du Comité CITES pour les animaux et des organisations, dont l’UICN et plusieurs de ses groupes des spécialistes de la Commission pour la sauvegarde des espèces, la CNUCED-BioTrade, l’Association chinoise pour la conservation et l’Association chinoise pour la médecine traditionnelle chinoise. Au plan géographique, l’accent est mis sur les marchés et le commerce originaire de l’Asie de l’est, du sud, et du sud-est.

Un tiers des 3315 espèces de serpents reconnues dans le monde sont présentes dans cette partie du monde. L’Indonésie, avec 128 espèces endémiques, ainsi que l’Inde, qui en a 112, la Chine 54, la Papouasie-Nouvelle-Guinée 42, le Sri Lanka 41, et les Philippines 32, sont parmi les pays qui ont le plus grand nombre de serpents endémiques. La CITES réglemente le commerce de 130 espèces de serpents, dont 45 sont présentes dans des Etats d’aires de répartition d’Asie qui participent à l’atelier.

Commentant l’importance de la réunion, M. John Scanlon, Secrétaire général de la CITES, a déclaré que: “le commerce mondial des serpents revêt une importance socio-économique considérable pour les populations rurales de plusieurs pays d’Asie. La CITES est le principal outil international qui réglemente effectivement le commerce international de bon nombre de ces espèces. Les recommandations issues de cette réunion seront très importantes en ce qu’elles traiteront des aspects de ce commerce qui touchent à la conservation d’espèces sauvages, à l’utilisation durable et aux moyens d’existence; la réunion fera valoir aux organes directeurs de la CITES les recommandations de spécialistes en vue de décider de leurs futures orientations.”

“Le prélèvement des serpents et, parfois, le traitement initial des peaux et autres parties du corps, contribuent à procurer des recettes importantes aux communautés locales de Chine et de pays voisins. Le Gouvernement chinois attache une grande attention à trouver un équilibre harmonieux entre la conservation et l’utilisation durable des serpents d’Asie” – a déclaré M. Su Chunyu, Directeur général exécutif de l’organe de gestion CITES de la Chine.

Il ressort de l’examen de la politique commerciale conduite au Viet Nam que les recettes de l’élevage de serpents sont de trois à cinq fois supérieures à celles générées par la culture des légumes et des céréales, et des douzaines de fois supérieures à celles générées par l’élevage des porcs et du bétail.

Carlos Ibero, Président par intérim du Comité CITES pour les animaux, a déclaré que: “Les serpents jouent un rôle vital dans leurs écosystèmes. Si, par exemple, les serpents disparaissaient des rizières ou des autres terres agricoles d’Asie, leurs proies, restant sans prédateurs pour en maîtriser le nombre, pourraient avoir des effets dévastateurs sur la production agricole, la sécurité alimentaire et les économies nationales.”

Les serpents des forêts et des jungles d’Asie sont utilisés localement et dans les pays voisins dans l’alimentation, en médecine traditionnelle, sous forme de peaux, etc. Ils sont aussi vendus comme animaux de compagnie et on les trouve dans les boutiques de luxe d’Europe et d’Amérique du Nord sous forme d’articles et d’accessoires en cuir coûteux. Les peaux sont souvent également traitées dans divers pays de réexportation.

Voici des exemples de serpents d’Asie que l’on trouve dans le commerce (noms scientifiques, noms communs, principaux exportateurs) qui sont répertoriés dans la base de données sur le commerce CITES:

Serpents typiques

Ptyas mucosus (serpent ratier oriental): Indonésie (100% des exportations mondiales)

Cerberus rhynchops (serpent aquatique à tête de chien): Indonésie (89%), Thaïlande (11%)

Pythons

Python breitensteini (python à queue courte de Bornéo): Indonésie (70%), Malaisie (30%)

Python brongersmai (python sanguin): Malaisie (54%), Indonésie (46%)

Python curtus (python à queue courte de Sumatra): Malaisie (71%), Indonésie (39%)

Python molurus bivittatus (python molure de Birmanie): Viet Nam (99%)

Python reticulatus (python réticulé): Malaisie (47%), Indonésie (42%), Viet Nam (11%)

Cobras

Naja sputatrix (cobra cracheur indonésien): Indonésie (100%)


Note aux journalistes: La CITES a été adoptée à Washington (Etats-Unis d’Amérique) en mars 1973 pour donner suite à une recommandation de la Conférence des Nations Unies de 1972 sur l’environnement humain. C’était le premier accord multilatéral sur l’environnement à entrer en vigueur, en juillet 1975; la CITES aide la Chine et ses 174 autres pays Parties à parvenir au développement durable par le biais de la conservation et de l’utilisation durable de la biodiversité. 


Voir également: Discours d’ouverture de M. John Scanlon, Secrétaire général de la CITES, à l’atelier CITES sur le commerce des serpentsd’Asie.

Pour plus d’informations, contacter M. Juan Carlos Vasquez: +4179-552 27 32 (mobile) ou juan.vasquez@cites.org

 


Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives.