Le Secrétaire général de la CITES va superviser les ventes d’ivoire


Document non officiel
destiné uniquement aux médias

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Secrétaire général de la CITES va superviser
les ventes d’ivoire


Genève, le 24 octobre 2008 – Le Secrétaire général de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), M. Willem Wijnstekers, se rendra en Afrique du Sud, au Botswana, en Namibie et au Zimbabwe ces deux prochaines semaines pour superviser les ventes d’ivoire agréées par les Parties à la Convention à La Haye en juin 2007.

En marge de ces quatre ventes aux enchères, M. Wijnstekers abordera aussi avec les autorités chinoises et japonaises et les négociants, les détails relatifs aux autres activités de supervision menées par le Secrétariat à l’arrivée de l’ivoire dans ces pays et ultérieurement.

Le produit des ventes doit être utilisé exclusivement pour la conservation de l’éléphant et les programmes de développement communautaire dans l’aire de répartition de l’éléphant ou à proximité. Les recettes devraient augmenter la capacité de ces pays de conserver leur biodiversité et de renforcer les contrôles liés à la lutte contre la fraude; elles devraient aussi contribuer aux moyens d’existence des populations rurales de l’Afrique australe – sans pour autant affecter négativement les populations d’éléphants d'Afrique et d'Asie.

Contexte

L’accord auquel sont parvenues les Parties à La Haye en 2007 autorise l’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe à procéder à une vente unique totalisant 108 t d’ivoire appartenant aux gouvernements. Les quantités suivantes d’ivoire brut, enregistrées au 31 janvier 2007, ont été approuvées pour la vente: Afrique du Sud: 51.121,8 kg, Botswana: 43.682,91 kg, Namibie: 9209,68 kg et Zimbabwe: 3755,55 kg.

Les populations d’éléphants des quatre pays sont inscrites à l’Annexe II de la CITES, ce qui signifie que bien que n'étant pas nécessairement menacées actuellement d'extinction, le commerce de leurs produits est strictement réglementé. Selon des études récentes, il y a plus de 312.000 éléphants dans ces quatre pays et leur nombre a augmenté ces dernières années.

Le Comité permanent de la CITES, qui supervise la mise en œuvre de la Convention entre les sessions de la Conférence des Parties, a donné le feu vert à la vente d’ivoire en une fois en juillet dernier et a approuvé la Chine comme second pays importateur, le Japon ayant été approuvé précédemment.

Chaque vente consiste en un chargement unique par destination, destiné uniquement à la Chine et au Japon – pays dont les mesures internes de contrôle des ventes d’ivoire respectent les normes de vérification établies par la CITES pour cette vente.

Entre mars et avril 2008, le Secrétariat CITES s’est rendu en mission dans les quatre pays pour vérifier que les stocks d’ivoire déclarés avaient été correctement enregistrés au 31 janvier 2007, qu’ils se composaient uniquement d’ivoire d’origine légale (l’ivoire saisi et l’ivoire d’origine inconnue étant exclus de la vente), et que l’ivoire était marqué comme requis par la CITES. Il a aussi vérifié que le poids était conforme aux données enregistrées. Pour cela, il a dû vérifier et comparer les données incluses dans des bases de données informatisées ainsi que des milliers de documents sur papier, et procéder à des inspections physiques et à l’examen de centaines de défenses et de morceaux d’ivoire sélectionnés au hasard. Dans chaque cas, les conclusions des audits ont été satisfaisantes.

Le Secrétariat CITES suit le contrôle du commerce intérieur mis en place par la Chine et le Japon pour veiller à ce que des négociants peu scrupuleux n’en profitent pas pour vendre de l’ivoire d’origine illégale.

L’accord africain de 2007 stipule qu’après ces ventes, aucune nouvelle proposition de vente d’ivoire de ces quatre pays ne sera examinée par la CITES durant une période de neuf ans à compter de la conclusion des ventes.

Note aux journalistes: Pour plus d'informations, contactez Juan Carlos Vasquez par téléphone au numéro +41 22 917 8156 ou à son adresse courriel juan.vasquez@cites.org.

 

Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives.